Le club des jeunes pour la promotion de la coopération Sino-Burkinabè lance ses activités

Le club des jeunes pour la promotion de la coopération Sino-Burkinabè, à travers un grand panel ce vendredi 1 avril 2022 à Ouagadougou, a tenu à lancer ses activités de l’année 2022.

Le club des jeunes pour la promotion de la coopération Sino-Burkinabè est une association de jeune qui a comme cheval de bataille la promotion de la coopération entre la Chine et le Burkina Faso.

C’est sous le thème  « lutte contre le terrorisme au Burkina Faso : quelle coopération diplomatique stratégique ? » qu’un grand panel a été initié par l’association afin que chaque Burkinabè puisse définir l’apport de la Chine dans la lutte contre le terrorisme au Burkina Faso.

La Chine et le Burkina Faso partagent la même histoire et aussi les mêmes défis et destins, à en croire les initiateurs du panel. C’est la raison pour laquelle la Chine veut accompagner le Burkina dans tous les aspects mais surtout sur la voix du développement et de la stabilité, selon les propos du Chargé d’affaires Chine-Burkina, Wenzhangchange Wang.

Il  soutient par ailleurs que la jeunesse est au centre de tout développement. Et c’est dans l’objectif d’apporter un appui à la jeunesse burkinabè sur le chemin du développement, que ledit cadre d’échange est né.

« Je crois que la jeunesse est notre avenir et l’espoir de tous nos pays. Les échanges entre les jeunes chinois et burkinabè constituent l’un des piliers de notre coopération et d’échange humain. Nous encourageons les jeunes burkinabè à faire plus de la coopération une communication entre nos deux pays et à plus d’échanges d’esprit et d’expérience pour leur épanouissement », a-t-il confié.

Au cours de ce panel, il a été question de montrer comment la Chine a pu vaincre le terrorisme. Pour Abdoul Razahgou Déné, coordonnateur national du club Sino-Burkinabè, l’importance de ce cadre n’est plus à démontrée. « Pour nous c’est important qu’on puisse comprendre les processus que la Chine a mené pour aboutir à ses résultats car cela peut permettre au Burkina d’atteindre aussi ses objectifs », a-t-il déclaré.

Selon l’idéologie défendue par l’association, le combat contre le terrorisme n’est pas seulement un combat militaire. « Ce n’est pas l’armée seulement qui doit aller au front. Il y’a effectivement l’aspect militaire mais aussi l’aspect économique, social et la coopération qui pourront jouer un rôle important dans la lutte contre l’hydre terrorisme », a-t-il expliqué.

Estelle GUIRA (stagiare)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page