Ouagadougou : 4 353 dynamites découvertes à Dapoya

La Coordination Nationale de Lutte Contre la Fraude (CNLF) a saisi des produits de contrebande dans le quartier Dapoya de Ouagadougou, le 1er mars 2022. Une partie de ces produits a été présentée à la presse ce jeudi 31 mars 2022.

Les produits en question étaient déposés dans deux lieux d’entreposage situés dans le quartier Dapoya de la ville de Ouagadougou. Il s’agit de matières explosives, d’amphétamines, de produits pharmaceutiques, d’équipements et de consommables biomédicaux.

Une partie des produits pharmaceutiques de contrebande ©Faso7

« La situation détaillée des produits découverts dans les deux (02) sites se présente comme suit : Mille huit cent quatre-vingt-cinq (1885) détonateurs électriques et pyrotechniques ; Quatre mille trois cent cinquante-trois (4353) dynamites ; Soixante-six (66) rouleaux de cordeaux détonants ; Quinze (15) sacs de quatre-vingt (80) kilogrammes chacun de nitrate d’ammonium ; Un (01) sac de vingt-cinq (25) kilogrammes d’hydroxyde de sodium ; Vingt-cinq (28) sacs de charbon actif ; Six cent quatre-vingt-dix-huit (698) cartons d’amphétamines, de produits pharmaceutiques, d’équipements et de consommables biomédicaux de contrebande », a énuméré le Secrétaire permanent de la CNLF, Valentin Rayaisse.

Ces produits dont la valeur est estimée à plus de 340 million francs CFA, ont été retrouvés grâce à une information qui est parvenue aux oreilles des responsables de la CNLF en début mars 2022, selon Valentin Rayaisse. A l’en croire, les amphétamines, les produits pharmaceutiques, les équipements et les consommables biomédicaux de contrebande étaient entreposés dans une cour d’habitation située dans les environs du marché Sankariyaré de Dapoya.

Des produits explosifs entreposés dans une cour d’habitation 

Quant aux produits explosifs, ils se trouvaient sur une parcelle à usage d’habitation sur laquelle plusieurs maisons sont bâties, au côté Est de la zone commerciale du marché de Sankariyaré. Quatre (04) des maisons étaient des magasins et les autres servaient de logements pour la vingtaine de personnes qui habitent la cour en question.

« Sur invitation du responsable de la cour, deux (02) locataires sont venus ouvrir leurs magasins dans lesquels il a été découvert des pièces détachées et des produits alimentaires. Les deux (02) autres locataires ont manifestement refusé de se présenter sur les lieux. Après avoir patienté près d’une heure, le responsable de la cour a donné son accord pour procéder à l’ouverture des portes des deux (02) magasins par tout moyen pour constater les produits qui y sont entreposés. Au bout de quelques minutes, un serrurier requis, a procédé à l’ouverture des deux (02) portes et a permis aux agents de constater la présence effective de matières explosives entreposées, pêle-mêle, sans aucune règle de sécurité », a expliqué Valentin Rayaisse.

Une équipe du Bataillon du Génie Militaire est intervenue

Vu la dangerosité du cas, l’équipe de lutte contre la fraude a fait évacuer la zone concernée et a fait venir immédiatement une équipe du Bataillon du Génie Militaire pour identifier, sécuriser et enlever les produits explosifs.

« La totalité des matières explosives a été transportée au Bataillon du Génie Militaire pour entreposage et conservation tandis que les amphétamines, les produits pharmaceutiques, les équipements, les consommables biomédicaux de contrebande et les sacs de charbon actif sont entreposés dans le magasin de la CNLF, en attendant la suite de l’affaire » a fait savoir Valentin Rayaisse.

Dénoncer « en appelant aux numéros 70 12 27 85/87 16 16 35 »

Le Secrétaire permanent du CNLF a rassuré qu’à la date du 31 mars 2022, l’unité de police judiciaire en charge de l’enquête a pu interpeller une personne en lien avec cette affaire et elle l’a déférée au Parquet du Tribunal de Grande Instance Ouaga 1 pour qu’elle réponde de ses actes.

Valentin Rayaisse a par ailleurs invité les populations à dénoncer l’entreposage de ce type de produits dans les maisons d’habitation et environs surtout en cette période de canicule, moment favorable pour le déclenchement d’explosion de ces matières. « Nous appelons toujours les citoyens à dénoncer toute action de fraude en leur connaissance en appelant aux numéros 70 12 27 85/87 16 16 35 ou en se déplaçant dans les locaux de la Coordination Nationale de Lutte contre la Fraude », a-t-il exhorté.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page