Burkina Faso : L’Association « un coup K-O » demande la libération de Roch Kaboré

Au cours d’une conférence de presse ce dimanche 27 mars 2022, les membres de l’association de sécurité « un coup K-O » ont, à travers ce qu’ils ont appelé, « l’appel de Karpala » demandé la libération de l’ancien président Roch Kaboré « détenu » selon eux, depuis le 24 janvier 2022 par le Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR).

Pour les membres de cette association décrite comme une association apolitique, la libération de Roch Kaboré est le vœu non seulement de la communauté internationale mais également des autorités religieuses et coutumières du Burkina Faso. Cependant ces autorités « peinent à porter le fond de leur pensée sur la place publique », selon Stéphane Konseïbo, porte-parole de l’association.

« C’est pourquoi, dans un élan de décongestion des pensées intérieures et de libération de la parole, nous membres de cette jeune association avons initié l’appel de Karpala pour la libération du Président Roch Marc Christian Kaboré », a déclaré Stéphane Konseïbo.

A en croire le porte-parole de l’association « un coup K-O », l’appel de Karpala est une invite à tous les Burkinabè, à faire de la libération de Roch Kaboré, leur préoccupation majeure. « L’appel de Karpala n’a pas vocation de leadership outre mesure, si ce n’est de donner de la voix pour qu’à partir de ce jour 27 mars 2022, tous les Burkinabè comme d’une seule voix puissent librement et de façon responsable exprimer le vœu de voir le président Roch Marc Christian Kaboré libre de ses mouvements et mieux participer à l’élan de réconciliation nationale en construction », a-t-il laissé entendre.

Selon Stéphane Konseïbo, l’ancien président Roch Kaboré qu’il dit toujours considérer comme son président, est un « homme de paix », raison pour laquelle, il n’a pas tenté de s’accrocher au pouvoir ni appeler ses partisans « à des actes subversifs ou de revanche » pendant les évènements du 24 janvier 2022. Pour lui, ce côté pacifiste de Roch Kaboré ainsi que les efforts consentis par ce dernier « pour un Burkina meilleur », sont des raisons qui militent pour sa libération.

L’Association « un coup K-O » organisera un autre point de presse dans les jours à venir si son appel n’a pas été entendu par les autorités de la transition, à fait savoir son porte-parole.

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page