Albert Ouédraogo : « J’appelle l’ensemble des Burkinabè à soutenir le nouveau gouvernement »

Le gouvernement de transition au Burkina Faso a pris contact ce 7 mars 2022 au palais présidentiel de Kossyam. Les 25 ministres et le Premier Albert Ouédraogo étaient présents pour cette première rencontre où les priorités du gouvernement ont été fixées par le chef de l’Etat le lieutenant-colonel Sandaogo Damiba.

Rentrée des classes pour le premier gouvernement du Dr Albert Ouédraogo, ce 7 mars 2022 au palais présidentiel. La prise de contact terminée, c’est devant le perron de la salle polyvalente que le chef du gouvernement a révélé le menu.

Albert Ouédraogo a d’abord précisé que les membres de la barque gouvernementale ont été choisis suivant les critères de la « compétence, de la probité morale et de  l’engagement total à servir le pays ». Et selon lui, ils sont « capables d’impulser une nouvelle dynamique dans la construction d’un Burkina nouveau ».

Les priorités du gouvernement sont connues. Elles sont d’ailleurs consignées dans la charte de la transition. En premier lieu figurent la restauration de l’intégrité territoriale du pays par la reconquête des zones assiégées par les terroristes et le retour des déplacés internes.

« Nous avons pris l’engagement, devant le Chef de l’Etat, mon équipe et moi,  de travailler avec abnégation à soulager le souffrances des populations  et de restaurer notre pays dans ses limites territoriales », a-t-il indiqué.

Mais Albert Ouédraogo y a greffé d’autres chantiers comme  la réconciliation nationale, la conduite de « réformes audacieuses » et la réduction du train de vie de l’Etat. Sur ce dernier point, le Premier ministre a indiqué que la gestion du gouvernement sera guidée par une utilisation rationnelle des ressources du pays ainsi que la suppression de « certaines activités non essentielles ».

Mais le gouvernement Albert 1 ne jettera pas le bébé avec l’eau du bain. Il a en effet expliqué que le Chef de l’Etat a demandé au gouvernement de ne pas imiter « certaines pratiques » des gouvernements passés, mais de s’inspirer des bonnes pratiques. 

Le Premier ministre a terminé en lançant un appel aux Burkinabè : « J’appelle l’ensemble des Burkinabè de tous bords à soutenir le nouveau gouvernement dans ces moments difficiles que traverse notre pays et dans la mise en œuvre de cette vision de rupture que le Président du Faso veut impulser à la gouvernance».

Il est convaincu que la situation n’est pas « hors de portée » et que le pays peut être sauvé, pour peu qu’il y ait un « sursaut patriotique ».

Ignace Ismaël NABOLE

Faso7

Articles similaires

Un commentaire

  1. Une durée de six mois peux engranger de Bons résultats vous aurez le soutien voulut bonne chance

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page