Burkina Faso : «Le Conseil constitutionnel tue la Constitution» (Pr. Abdoulaye Soma)

Ceci est une lecture du Pr. Abdoulaye SOMA, Constitutionnaliste suite à la décision du Conseil constitutionnel désignant Paul-Henri Damiba, Président du Faso et annonçant sa prestation de serment devant ladite institution.

Chers compatriotes,

Mesdames, Messieurs,

La première décision rendue par le Conseil constitutionnel le 8 février 2022, portant « Constatation de la vacance de la présidence du Faso » est tout à fait correcte. La deuxième décision rendue le 8 février 2022 par le Conseil constitutionnel portant « dévolution des fonctions du Président du Faso » est une catastrophe constitutionnelle.

Constater que le Lieutenant-colonel Paul Henri Sandaogo DAMIBA est chef de l’Etat, est un fait accepté. Mais la dévolution par  décision du Conseil constitutionnel des fonctions de Président du Faso, sans autres formalités démocratiques, dans la démarche utilisée, est une catastrophe Constitutionnelle.

Lire 👉 Paul-Henri Sandaogo Damiba prêtera serment devant le Conseil constitutionnel

Par cette décision, le Conseil constitutionnel tue la Constitution. Le Conseil constitutionnel tue la démocratie. Le Conseil constitutionnel tue le droit constitutionnel, en même temps qu’il tue l’autorité du Conseil lui-même.

Le Conseil constitutionnel indique que le coup d’Etat est un autre mode constitutionnel et démocratique de dévolution des fonctions de Président du Faso. Comment peut-on faire ça !? Le montage de 2014 a été mal copié.

Gageons d’éviter les erreurs techniques qui compromettent tout maintenant.

Pr. Abdoulaye SOMA, Constitutionnaliste

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page