Tirs dans des casernes au Burkina Faso : Le gouvernement dément une prise du pouvoir par l’armée

Des coups de feu ont été entendus au petit matin du 23 janvier 2022 dans des casernes, notamment au camp Sangoulé Lamizana et Guillaume Ouédraogo à Ouagadougou.

Lire aussi : Mouvement d’humeur de militaires au Burkina Faso : « Le Chef de l’Etat n’a pas été arrêté » (ministre des armées)

« Il s’agit d’actes de manifestation de mécontentement de quelques soldats dans lesdits camps », indique la télévision nationale, qui ajoute que « aucune institution de la République n’a été ciblée ». La RTB informe également que la hiérarchie militaire est à l’œuvre pour ramener le calme.

Le gouvernement burkinabè, dans un communiqué signé du porte-parole Alkassoum Maïga, dément également une prise du pouvoir par l’armée.

« Des informations véhiculées dans les réseaux sociaux tendent à faire croire à une prise de pouvoir par l’armée en ce jour 23 janvier 2022. Le gouvernement tout en reconnaissant l’effectivité de tirs dans certaines casernes dément ces informations et appelle les populations à rester sereines. Il réaffirme
sa confiance à notre armée qui demeure républicaine », peut-on lire dans le communiqué.

Le Burkina Faso fait face à une situation sécuritaire diffficile. Des manifestations ont eu lieu le 22 janvier 2022 dans la capitale, mais ont été interdites et dispersées par les forces de l’ordre.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page