Développement des collectivités territoriales : L’ADCT expose ses perspectives pour la période 2022-2026

L’Agence nationale d’appui au développement des collectivités territoriales (ADCT) a fait le point de son processus d’opérationnalisation ainsi que des perspectives pour la période 2022-2026. C’était au cours d’une conférence de presse animée par Bruno Dipama, Directeur général de l’ADCT, ce jeudi 20 janvier 2022 à Ouagadougou.

Instrument de l’Etat, l’Agence nationale d’appui au développement des collectivités territoriales (ADCT) a pour mission d’accompagner les Collectivités territoriales pour la mise en œuvre des politiques publiques du gouvernement.

Pour son opérationnalisation, l’année 2021 a permis à l’Agence de mettre en place son organe d’administration et de transformer le Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales (FPDCT), créé en 2008, en ADCT en octobre 2020. Elle a aussi permis de mettre à niveau l’ADCT par l’élaboration des outils qui lui permettront d’être efficace afin de pouvoir réaliser les missions qui lui sont confiées.

Ce jeudi 20 janvier 2022, Bruno Dipama, Directeur général de l’ADCT, a fait comprendre que la structure dispose d’un montant global de 100 milliards de francs CFA dont 50 milliards octroyés par le gouvernement et les 50 autres milliards par les partenaires techniques et financiers. Ces fonds permettront de faire des réalisations sur la période 2022-2026 pour le développement des collectivités territoriales.

Les Hommes de médias ont suivi avec attention, les explications du Directeur général de l’ADCT

Afin d’accompagner les Collectivités territoriales dans les politiques publiques de développement pour le bien-être des populations, l’ADCT a réparti les communes en communes ‘’vert’’, ‘’orange’’ et ‘’rouge’’.

Ainsi, les communes dites ‘’vert’’ sont celles où l’ADCT compte travailler avec les conseils municipaux pour identifier les besoins des populations afin de les satisfaire. Elles sont moins victimes de l’insécurité.

Celles dites ’orange’’ abritent les Personnes déplacées internes et pour M. Dipama, « il y a nécessité d’accompagner ces communes à pouvoir offrir un habitat pour les personnes déplacées internes qu’elles accueillent, à accroitre le nombre de formations sanitaires et le nombre d’écoles, à  assurer une distribution de l’eau potable en qualité et surtout en quantité suffisante ».

Quant aux communes ‘’rouges’’, celles qui souffrent des attaques terroristes, le Directeur général de l’ADCT et ses collaborateurs comptent travailler avec les conseils municipaux et surtout avec les Organisations de la société civile (OSC) sur place afin de mener un minimum d’activités sur le terrain.

Au regard des ambitions de l’ADCT, dans un contexte sécuritaire lié aux attaques terroristes, M. Dipama et ses collaborateurs ont espoir qu’ils y parviendront car, dit-il « ce montant n’est pas figé ». Il compte également sur d’autres partenaires. « Il y a également d’autres partenaires qui se signalent et qui vont certainement accompagner l’ADCT au cours des années à venir », a déclaré M. Dipama.

Elisée SOME (Stagiaire)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page