Burkina Faso : Débats autour du financement pour des logements abordables

Le ministre du Développement urbain, de l’habitat et de la ville, Me Bénéwendé Sankara, a présidé ce jeudi 20 janvier 2022 à Ouagadougou, les activités du deuxième Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) de l’année 2021 de son département.

Dans le but d’atteindre l’objectif du droit au logement pour tous, le ministère du développement Urbain a tenu son deuxième CASEM de l’année 2021, placée sous le thème, « Problématique du financement du logement abordable au Burkina Faso : quelle contribution des banques et établissements financiers ? ».

Selon le ministre en charge de l’habitat, Me Bénéwendé Sankara, son ministère a enregistré plusieurs acquis au cours de l’année écoulée.

Il s’agit de l’achèvement des premiers lotissements de sept (7) Communes rurales, la réalisation des infrastructures dans le cadre de la commémoration des festivités du 11 décembre 2021 à Ziniaré, la construction de 1013 logements en partenariat avec des promoteurs immobiliers et également l’aménagement de l’exutoire à l’intérieur et en aval du parc urbain Bangr-Wéogo sur 9 km.

Par ailleurs, le droit au logement est un « droit constitutionnel », selon le ministre Sankara, pour la réalisation de ce droit, il faut l’accompagnement des établissements financiers, la caisse de dépôt et de consignation ainsi que les banques.

« La problématique du logement dans nos villes est en passe de nous conduire vers une crise de logement préjudiciable à la cohésion sociale et à l’harmonie de nos agglomérations urbaines » (Me Sankara)

« Nous ne pouvons pas atteindre cet objectif sans ne pas compter sur les établissements financiers, sans ne pas compter par exemple sur la Caisse de dépôt et consignation. Tout à l’heure, vous verrez des communications de ces institutions financières qui vont certainement nous dire quelles sont les mécanismes que nous pouvons explorer en vue de mobiliser suffisamment de ressources pour atteindre l’objectif du droit au logement pour tous », a expliqué Me Bénéwendé Sankara.

Toutefois, il n’a pas manqué de reconnaitre que les résultats des différentes activités menées au cours de l’année écoulée n’ont pas permis de répondre aux attentes « pressantes » des populations. Mais, pour Me Sankara, il est important de réfléchir autrement pour répondre aux questions « existentielles de logements décents qui assaillent les populations ».

« La problématique du logement dans nos villes est en passe de nous conduire vers une crise de logement préjudiciable à la cohésion sociale et à l’harmonie de nos agglomérations urbaines. C’est également dans ce sens qu’interviendra la relecture du Programme National de Construction de Logement (PNCL) qui arrivera à terme au mois de juillet prochain », a laissé entendre le ministre en charge de l’habitat.

Lazard KOLA

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page