Promotion immobilière au Burkina Faso : 295 projets jugés « irréguliers »

105 sur un total de 400 dossiers on été jugés recevables dans le cadre de l’examen des demandes d’approbation des projets immobiliers. Ces chiffres sont contenus dans un rapport, présenté ce 17 janvier 2022 à Ouagadougou.

Le ministère en charge de l’Habitat a déclaré non recevables 295 sur 400 demandes d’approbation de projets immobiliers reçus. Des projets « hors-la-loi », pour emprunter les mots de Bénéwendé Sankara, ministre en charge de l’Habitat. « C’est vraiment la triste réalité. En fait, c’est un constat que nous avons été obligés de faire », a déclaré le chef du département en charge de l’Habitat.

Notons que les chiffres en question proviennent d’un rapport du comité ad ‘hoc, mis en place pour l’examen de ces dossiers. Portant sur les promoteurs immobiliers concernés par les 400 dossiers, ils ont été dénombrés à 92. Les 105 projets reçus appartiennent à 44 d’entre eux, selon Aimé Camille Soubeïga, Directeur général de l’Architecture, de l’Habitat et de la Construction (DGAHC) et président du comité.

En termes de superficies, les 400 projets ciblaient 30 000 hectares pendant que les projets recevables ont une part d’environ 7000 hectares, à en croire le DGAHC, qui a donné des détails par région.

Ces terres qui doivent être rétrocédées à une utilisation rurale…

« Nous avons dans la Région de la Boucle du Mouhoun, 5,56 hectares; Cascades 4 hectares; la Région du Centre 5250 hectares. La Région du Centre-Est, il n’y a pas eu d’approbation. La Région du Centre-Nord, il y a 121 (projets), 45 hectares. La Région du Centre-Ouest, il n’y a pas eu d’approbation non plus. La Région du Centre-Sud, 47,98 hectares. La Région de l’Est, il n’y a pas eu d’approbation. La Région des Hauts-Bassins, il y’en a 17 (projets) 1170, 45 hectares. La Région du Nord, il n’y en a pas. La Région du Plateau central il y a 7 (projets) avec 521 hectares. La Région du Sahel, on a dit il n y a pas de projet immobilier déposé. La Région du Sud-Ouest aussi il n’y en a pas », a détaillé Aimé Camille Soubïga.

En rapport avec les dossiers non conformes aux règlements de planification urbaine,   Camille Soubeïga a laissé entendre que ce sont « des terres qui doivent être rétrocédées à une utilisation rurale, agropastorale etc ».

Pour rassurer les résidents et bénéficiaires touchés par les rejets de projet, le ministre en charge de l’Habitat dira « en fait, ces dossiers sont les dossiers du passif foncier. C’est le gros dossier du passif foncier que nous avons déjà introduit en conseil des ministres et nous attendons effectivement qu’une décision soit prise ».

Une nouvelle politique de logement en élaboration

En attendant que le rapport soit rendu disponible, le ministre Sankara a fait savoir que des lettres de notification ont été adressées aux promoteurs immobiliers pour leur faire part de la décision de la commission. « Au niveau de la direction générale de l’architecture, il y a une commission pour ceux qui veulent s’approcher de notre département pour avoir plus d’informations sur le dossier », a-t-il ajouté.

Aussi, la liste des projets en règle sera publiée, a promis le DGAHC sans donner de date précise. Quant aux promoteurs immobiliers non en règle, ils ne seront pas connus. « Ceux qui ne sont pas en règle, on ne peut jamais connaître réellement leur situation. Il y en a qui ne passent même pas par nos services », a-t-il déploré.

En marge de la présentation dudit rapport, le ministre Sankara a fait savoir que le Programme national de la politique des logements prend fin en juillet prochain et que le gouvernement est en train d’élaborer une nouvelle politique en matière de logement et tous ces aspects seront reversés.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page