Burkina Faso : Le CIFOEB analyse le budget 2022 

Le Centre d’information de formation et d’études sur le budget (CIFOEB) a présenté sa lecture sur le budget adopté par l’assemblée nationale du Burkina Faso le 16 décembre dernier. C’était au cours d’un café presse ce mercredi 22 décembre 2021 à Ouagadougou.

Le Directeur exécutif du CIFOEB, Youssouf Ouattara a fait savoir que la présentation du budget par objectif socio-économique selon le CIFOEB consiste à attribuer à chaque structure administrative bénéficiant de crédits, une fonction principale. A l’en croire, cette approche a l’avantage de regrouper les dépenses liées à une même fonction indépendamment du département ministériel ou de l’institution. A cet effet, selon lui, le budget 2022 se décompose par ordre d’importance comme suit : 36,45% consacrés aux services généraux des administration publiques, 21, 56% à l’enseignement, 16,35% aux affaires économiques, 9,17% à la défense, 6,17% à sécurité publique et 4,93 à la santé.

Youssouf Ouattara a également fait savoir que le pourcentage prévu pour la santé est très faible, et ce, malgré un contexte à enjeux sanitaire persistant. Pour lui, cela traduit un faible effort de l’Etat en matière de santé. « L’indice de sécurité sanitaire mondiale qui présente une évaluation complète des capacités du système de santé d’un pays indique que le Burkina Faso ne dispose pas d’un système de santé robuste capable de faire face aux défis sanitaires », a-t-il déclaré.

Le Burkina Faso 2e pays le plus affecté par le terrorisme

Par ailleurs, le Directeur exécutif du CIFOEB a indiqué que la sécurité et la défense doivent être une priorité de dépense en 2022 pour le gouvernement burkinabè. A l’en croire, selon l’indice mondial du terrorisme, le niveau du terrorisme est passé de 0,305 en 2015 à 6,755 en 2020 faisant 1,4 millions de personnes déplacées internes en novembre 2021. Ces chiffres placent le Burkina Faso à la 2e place des pays les plus touchés par le terrorisme après le Mali dans le G5 sahel. « En 2015 les attaques ciblaient les forces de défense et de sécurité. Mais c’est à partir de 2018 que les civils sont devenus des cibles, provoquant un déplacement massif des populations pour trouver refuge dans les localités plus sures », a-t-il-laissé entendre

Malgré ces remarques, Youssouf Ouattara se dit satisfait du budget 2022. Néanmoins, il a invité le gouvernement à travailler à améliorer les ressources de l’institution afin d’afficher la volonté d’aller vers un nouveau paradigme de gestion publique et de lutter efficacement contre la corruption et la mal gouvernance.

Christiane YOUNGA (Stagiaire)

Faso7

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page