Insertion socio-professionnelle : La solution digitale du projet ‘’TEELGO‘’ pour 25 filles-mères du Centre-Ouest

Le projet ‘’TEELGO’’ (soutien en langue mooré), porté par quatre jeunes burkinabè a choisi de former 25 filles-mères dans la région du Centre-Ouest dans les métiers du digital pour leur permettre d’être autonomes financièrement. La cérémonie de lancement de cette initiative a eu lieu le mercredi 15 décembre 2021 à Koudougou.

Pendant cette année scolaire, 1 205 filles des établissements secondaires des provinces du Sanguié, de la Sisili, du Ziro et du Boulkiemdé sont tombées enceintes. Du coup, avec les pesanteurs socio-culturelles, nombreuses sont celles qui risquent d’abandonner le chemin de l’école au grand dam de certains de leurs droits comme le traitement égalitaire dans les affaires familiales, le droit à un logement, à l’éducation, à la protection, à un emploi, à un traitement égalitaire et décent dans les rémunérations.

« Nous ne pouvons pas fermer les yeux face aux violations massives des droits humains. Notre dignité humaine y va. La protection des droits humains est une nécessité qu’il faut mettre en œuvre pour nos peuples », a relevé Hermann Sankara, membre du projet « TELEGO ».

‘’TEELGO’’, lauréat des Universités d’été des droits humains (UEDDH), session 2021

Ainsi, le projet ‘’TEELGO’’ veut apporter son aide à certaines de ces filles qui ont abandonné les études à cause de leur grossesse ou de leur enfant. ‘’TEELGO’’ se présente comme une solution pour favoriser l’insertion socio-professionnelle des 25 filles-mères défavorisées qui seront choisies. Avec ce projet, elles auront des formations qualifiantes aux métiers du digital dans la région du Centre-Ouest.

Mais le projet ne va pas se limiter à offrir les rudiments liés au numérique à ces filles. Il les accompagnera jusqu’à s’assurer de leur insertion socio-professionnelle, jusqu’à ce qu’elles réussissent leur autonomisation financière. « Ce projet va utiliser les TIC pour améliorer les conditions de vie des jeunes filles. Après la formation, des plaidoyers auprès des autorités politiques, administratives, des opérateurs économiques seront menés pour faciliter leur insertion » a précisé Hermann Sankara.

Monique Dah, représentante du Centre d’information et de formation en matière des droits humains en Afrique (CIFDHA) a rappelé que TEELGO, porté par Charles Bazié, Fatimata Demé, Hermann Sankara et Awa Tapsoba, bénéficie de l’accompagnement du CIFDHA dans sa conception et sa mise en œuvre.

Les responsables d’association qui ont participé à cette rencontre ont salué cette trouvaille car la situation des jeunes filles mères est alarmante dans la région. Ils ont plaidé pour sa mise en œuvre immédiatement. Les responsables de TEELGO ont promis travailler avec leurs associations pour identifier des filles et participer aux autres activités puisque le projet est le leur.

Porté par quatre jeunes, le projet bénéficie de l’accompagnement du CIFDHA

En rappel, ‘’TEELGO’’ est le projet-lauréat des Universités d’été des droits humains (UEDDH) session 2021 organisées par le Centre d’information et de formation en matière de droits humains en Afrique (CIFDHA) en collaboration avec le Centre de Conseil et d’Appui pour les jeunes en matière de droits humains (CODAP).

Sur dix projets présentés, ‘’TEELGO’’ a convaincu par sa pertinence dans la contribution de la réinsertion socio-professionnelle des jeunes filles-mères défavorisées par les métiers du digital dans la région du Centre-Ouest.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page