Littérature au Burkina Faso : L’association « Mots d’Elles » des écrivaines voit le jour

Des écrivaines du Burkina Faso ont procédé au lancement officiel de leur association dénommée ‘’Mots d’Elles‘’, au cours d’une cérémonie ce samedi 20 novembre 2021 à Ouagadougou. La vision de cette association est de faire une littérature burkinabè de qualité qui favorise l’épanouissement personnel et la participation citoyenne.

Bernadette Sanou/Dao, présidente de l’association, a fait savoir que le choix du nom ’’Mots d’Elles’’ a pour but d’exprimer la contribution spécifique des femmes à l’écriture au Burkina Faso. Selon elle, l’objectif de cette association est de contribuer à la production et à la promotion d’une littérature burkinabè de qualité.

«  Nous avons créé cette association parce que nous estimons que nous pouvons avoir une contribution originale des femmes ainsi que pour contribuer par le même biais à la promotion des droits des femmes », a-t-elle expliqué.

A en croire la présidente, ‘’Mots d’Elles’’ vise également, de façon spéciale, à faire la promotion les textes écrits par des femmes burkinabè, à promouvoir la lecture surtout auprès des jeunes et des femmes, et à contribuer à l’animation de la vie culturelle au Burkina Faso etc.

L’association compte plus de 30 écrivaines qui évoluent dans différents genres (poésie, conte, nouvelle, récit etc.). « Nos attentes sont, d’être d’abord connues par le public, les lecteurs du Burkina, d’être accueillies favorablement comme tous les auteurs », a fait savoir Bernadette Sanou/Dao.

Faire bouger les lignes à travers les écrits

De son côté,  Mafarma Sanogo, marraine de la cérémonie, dit considérer les femmes de ‘’Mots d’Elles’’ comme des battantes, résilientes, actives, toujours prêtes pour le combat. « Je suis émue que toutes ces braves femmes viennent vers moi pour me choisir. Je suis une marraine comblée et je m’engagerai à ce que cette association, de façon pérenne, permette à toutes les femmes de s’exprimer car c’est mon combat de tous les jours », s’est-elle exprimée.

Pour Thierry Millogo, éditeur libraire, ayant eu l’occasion de voir les femmes de l’association participer durant deux années au FILO, il est certain qu’elles pourront contribuer au rétablissement de la cohésion sociale à travers leur association ‘’Mots d’Elles’’.

« Quand des écrivaines se regroupent au sein d’une association, ça donne quelque chose qui peut donner un nouveau dynamique non seulement au secteur mais aussi au Burkina parce que les réflexions qu’elles vont mener, peuvent contribuer à faire avancer notre pays qui se retrouve aujourd’hui dans un contexte où le vivre ensemble est mis en mal.  A travers les écrits, elles peuvent faire bouger les lignes », a-t-il affirmé.

Christiane YOUNGA (Stagiaire)

Faso7

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page