Ouagadougou : la coalition burkinabè de lutte contre le cancer appelle à la mobilisation

Dans le cadre de la commémoration de l’an 1 du lancement de la stratégie mondiale pour la l’élimination du cancer de l’utérus, la coalition burkinabè de lutte contre le cancer (COBUCAN) a appelé les filles à se faire vacciner contre le Human papilloma virus (HPV) avant leur 15e anniversaire et les femmes à se faire dépister et vacciner. C’était au cours d’une conférence de presse ce mercredi 17 novembre 2021 à Ouagadougou.

Considéré comme étant le troisième (3e) cancer le plus fréquent chez les femmes dans le monde avec une estimation de 569 847 en 2018, le cancer du col de l’utérus reste la première cause de mortalité des femmes au Burkina Faso. Selon la COBUCAN, environ 2517 nouveaux cas de cancer du col de l’utérus sont diagnostiqués chaque année, selon les estimations de 2018 et environ 2081 personnes décèdent du cancer du col de l’utérus.

Dans le but de lutter contre la maladie, la COBUCAN a appelé les jeunes filles à aller se faire vacciner contre le Human papilloma virus (HPV), agent du cancer du col de l’utérus, avant leurs 15e anniversaires et les femmes à aller se faire dépister et vacciner. Et en cas de positivité après un dépistage, la coalition a souhaité l’accompagnement des époux afin de permettre aux malades de pouvoir mieux traverser la situation.

Selon Nayi Zongo, le président de la COBUCAN par ailleurs Enseignant à l’université Joseph ki zerbo et Chirurgien-cancérologue, si la vaccination devient accessible à toutes les filles du Burkina Faso, l’élimination du cancer du col de l’utérus sera atteinte. Selon lui, il faudrait d’abord sensibiliser les populations sur le fait qu’il existe des moyens efficaces et gratuits pour lutter contre le cancer. « À cause du retard diagnostic et du manque d’information, beaucoup de femmes meurent de ce cancer », s’est-il indigné.

 « Le premier des moyens efficaces, c’est de travailler de telle sorte qu’en accord avec le gouvernement à travers le ministère de la santé, que 90% des filles soient vaccinées contre le virus responsable du cancer, avant leur 15e anniversaire. Deuxièmement, c’est de mener une communication et des actions à la base pour permettre à au moins 70% de nos femmes de pouvoir suivre des dépistages réguliers des lésions qui sont au niveau du col, qui ne sont pas encore des cancers, mais qui peuvent en devenir, parce que nous avons des moyens d’arrêter l’évolution vers un cancer », a-t-il expliqué.

COBUCAN est une association qui regroupe en son sein 17 associations membres et lutte contre le cancer au Burkina Faso. Selon la coalition, des  et des actions de dépistage sont déjà en cours dans le but de mettre fin au cancer du col de l’utérus d’ici 2030.

Joël THIOMBIANO (stagiaire)

Faso7

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité