Burkina Faso : Un nouveau référentiel  pour l’amélioration de l’éducation

Le nouveau plan référentiel de l’éducation 2021-2025 a connu sa validation  ce jeudi 04 novembre 2021 par les acteurs du domaine éducatif. Les objectifs de ce référentiel de cinq (5) ans sont plus axés sur l’amélioration de l’accès à l’éducation, à la qualité du système éducatif, et à d’autres innovations.

En vue  d’améliorer entre autres l’accès à l’éducation, la question de qualité du système éducatif, des réalisations d’infrastructures, de gestion et de renforcement des capacités des ressources humaines, le nouveau référentiel de l’éducation  2021-2025 a connu sa validation. Mais il connaît un gap budgétaire à combler.

Pour le premier responsable du domaine le ministre Stanislas Ouaro, ce fossé économique loin d’être un handicape va être surmonté. «  Il y a un gap de cinquante milliards de francs CFA qui se dégage à rechercher dans les deux milles neuf cent six milliards. C’est dire qu’en termes de perspectives, il est possible que nous puissions les mobiliser car ils ne sont pas énormes au regard du montant », a indiqué le ministre chargé de l’éducation nationale.

Son souhait  est que ce plan puisse être à la hauteur des défis qui s’imposent au système éducatif burkinabè à l’horizon 2025. Selon toujours le ministre, il était nécessaire d’avoir un nouveau plan autour duquel tout les intervenants en matière d’éducation vont s’aligner  car son département était accoutumé aux plans décennaux. « On a un plan sur 10 ans et  ensuite on a des plans stratégiques », explique t-il.

Des  innovations ont été introduites pour la   prise en compte du contexte d’urgence lié à la crise sécuritaire et sanitaire, la nécessité de renforcer la digitalisation et le renforcement du  dialogue.

Pour lui, l’objectif était de pouvoir valider le plan stratégique accompagné de son plan d’action 2021-2025 qui a déjà fait l’objet de validation au niveau des régions. Il a indiqué qu’après cette validation, le plan sera transmis bientôt à la commission nationale de planification de développement qui l’examinera à son tour et donnera son avis.

À l’issue de cet avis, le plan sera officiellement adopté par le gouvernement de façon à ce que le plan d’action 2022, pour le développement du système éducatif puisse s’en appuyer. « Son objectif, c’est déjà d’améliorer l’accès à l’éducation. De travailler à améliorer 60% à 90% au niveau du primaire. Au niveau du post-primaire, 48% à 50-58% et au  secondaire, de 16% à 30% », détaille le premier responsable du domaine.

 Ce nouveau document apparaît ainsi comme une sorte de feuille de route sur cinq ans de développement du système éducatif pour le rendre accessible, équitable, pertinent, apte à prendre en compte les questions d’urgence et améliorer véritablement la qualité du système qui est en baisse.

Joseph Senninger, le représentant des partenaires techniques et financiers, a qu’il s’agira   de récolter et de synthétiser les différents ajouts et commentaires pour en faire un document.

Il faut rappeler que cette validation intervient à quelques jours des assises nationales de l’éducation prévues les 18, 19 et 20 novembre 2021.

Joël THIOMBIANO (stagiaire)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page