Fespaco 2021 : Le SYNAMUB dénonce « une gestion mafieuse des plateaux d’animation »

Le Syndicat des Artistes Musiciens du Burkina (SYNAMUB) a tenu une conférence de presse ce jeudi 21 Octobre 2021 à Ouagadougou. L’objectif de cette rencontre avec les médias était de dénoncer « la gestion mafieuse des plateaux d’animation du Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO )2021 ».

Au cours de cette conférence de presse, Almamy KJ, secrétaire général du SYNAMUB a exprimé son mécontentement à l’endroit de Seydou Zongo alias Zedess, directeur général du Centre national des arts, du spectacle et de l’audiovisuel Zedess directeur général (CENASA) par ailleurs chargé de sélectionner les artistes musiciens pour les animations aux éditions du Fespaco, depuis quelques années.  Le SYNAMUB reproche à ce dernier, « une gestion mafieuse des plateaux d’animation du FESPACO 2021 ».

 « Nous avons constaté avec désolation, que la sélection des artistes musiciens lors du FESPACO 2021, s’est faite selon les humeurs et les desideratas du DG du CENASA qui a décidé de fouler magistralement au pied les critères qu’il a lui-même édictés lors de l’appel à candidature du 06 Octobre 2021. A quoi donc a servi cette mascarade appelée ‘’appel à candidature’’, si les dés étaient pipés d’avance ? », s’est-il indigné.

Pour Almamy KJ, la gestion de la direction générale du CENASA, qu’il qualifie d’ailleurs de « mafia » a tendance à devenir une norme. « Cette mafia qui mène ses activités illicites au vus et au su de tous, gagne du terrain au fil du temps grâce à l’omerta qu’elle tente d’ériger en règle », a-t-il déclaré.

Le manque de soutien du ministère

Au-delà de la « gestion mafieuse » du CENASA, le SYNAMUB au cours de cette conférence de presse, s’est également insurgé contre le manque de soutien du ministère en charge de la culture envers les artistes contrairement à d’autres ministères comme celui du sport.

« Pendant  que les autres ministères à l’image de celui des sports, s’inscrivent dans la dynamiques de soutenir et d’encourager les acteurs de leur secteur qui hissent haut le drapeau du pays à l’international comme ce fut le cas de Hugues Fabrice ZANGO, Iron. BIBI, (…) des artistes musiciens comme Lady Shine, pour ne citer qu’elle qui ont remporté des compétitions internationales, n’ont aucunement fait l’objet d’une attention particulière de la part de leur ministère de tutelle », s’est insurgé Almamy KJ.

Afin de travailler pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des artistes, Almamy KJ a invité ses derniers à adhérer à la lutte engagée par le SYNAMUB. « Le SYNAMUB appelle l’ensemble des artistes musiciens épris de justice à se mobiliser autour de lui pour lutter contre les fossoyeurs de leurs droits », a-t-il lancé.

Christiane YOUNGA (Stagiaire)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page