Ouagadougou : Une marche organisée en hommage à l’étudiante Ina Drabo tuée dans un braquage

Le 26 Septembre 2021, Ina Mounia Drabo, jeune fille de 19 ans, étudiante en troisième année de droit à l’université Libre du Burkina (ULB) est froidement assassinée d’une balle dans la tête par des hommes armés non encore identifiés, au quartier Rimkiéta, arrondissement 8 de Ouagadougou. Sa moto nouvellement acquise, et son téléphone sont emportés par ses agresseurs. Face à ce drame et la répétition des actes de banditisme dans la zone (4 meurtres en 2 mois), les populations ont organisé ce dimanche 3 octobre 2021, une marche pacifique pour rendre hommage non seulement à Ina Mounia Drabo mais aussi aux autres victimes des actes de banditisme et exiger des autorités, la sécurisation du quartier et des autres quartiers de la ville de Ouagadougou.

Les marcheurs sont partis de la Maison des Jeunes et de la culture des associations (MJCA), en passant par le nouveau commissariat de l’arrondissement en construction, jusqu’au lieu où Ina Drabo a perdu la vie. La bas, une gerbe de fleurs a été déposée en hommage à la jeune étudiante de 19 ans.

Parmi les marcheurs, on retrouve des amis, des proches, des camarades de classe de la défunte. Aussi les autorités coutumières, politiques et religieuses, de l’arrondissement étaient présentes.

L’émotion se lisait sur les visages de ces marcheurs multigénérationnelles. « Je ressens des émotions de colère et de haine envers l’humanité en ce moment précis pour avoir perdu une sœur, une amie, douce et sympathique. Je réclame justice », s’est exprimé la gorge sèche, Ilboudo Blaise, ami de Ina Drabo.

Représentant le roi de Dapoya, Naaba Zaka a exigé des autorités, la prise de mesures pour la sécurisation des biens et des personnes. « Nous en avons assez de voir nos enfants, nos hommes, nos proches et nos amis tombés sous les balles des assaillants sans que rien ne se passe », a-t-il exhorté, visiblement très ému.

Des doléances adressées à la mairie

En marge de cette marche silencieuse, les populations de la localité ont rencontré le maire de l’arrondissement. Une lettre comportant les doléances des habitants du quartier a été remise à ce dernier. Il s’agit de l’électrification des rues, la construction d’un commissariat et d’une gendarmerie et la construction de voies praticables. « Cette situation met les populations dans une psychose généralisée car chaque habitant peut être la prochaine victime. L’arrondissement 8 souffre du manque d’engagement de la part des autorités, du manque de voiries, d’éclairage public et de service de sécurité. (…) Il a une insuffisance dans la prise en charge de l’arrondissement 8 en général et de Rimkiéta en particulier. Les habitants se sentent abandonner », a déclaré Patricia Bognini, porte-parole des manifestants.

La famille d’Ina Drabo quant à elle a tenu à remercier les manifestants pour l’hommage rendu à leur fille. « Au nom de la famille, je dis merci à tout ce monde sorti pour Ina. Ce monde vient donner de la force à la famille, à ses parents et à ses deux frères », s’est exprimé Boureima Drabo, oncle de la défunte.

Tout en saluant les habitants de son arrondissement, le Maire Kassoum Simporé a fait la promesse que les assaillants de Ina Drabo seront retrouvés et que des mesures seront prises pour la sécurisation de la zone.

Ismaël Saydou GANAME

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page