900 personnes détenues au Burkina Faso pour faits de terrorisme

A la date du 31 août 2021, la Prison de haute sécurité (PHS) comptait neuf cent soixante dix huit (978) détenus dont neuf cent (900) pour faits de terrorisme. C’est ce qui ressort de la Synthèse du rapport de la rentrée 2021-2022 des juridictions du Burkina Faso, exploitée par Faso7.

La Prison de haute sécurité (PHS) du Burkina Faso a reçu compétence pour recevoir les détenus pour faits de terrorisme. C’est un établissement pénitentiaire régi par la Loi n°010-2017/AN du 10 avril 2017 portant régime pénitentiaire.

Selon la synthèse du rapport de la rentrée 2021-2022 des juridictions du Burkina Faso, à la date du 31 août 2021, cette prison comptait neuf cent soixante dix huit (978) détenus dont neuf cent (900) pour faits de terrorisme.

Dans la lutte contre le terrorisme, d’autres acteurs du monde judiciaire interviennent également, notamment la Brigade Spéciale des Investigations anti-terroristes et de la lutte contre la Criminalité organisée (BSIAT) régie par le décret N°2020-0431/PRES/PM/MSECU/MJ/MINEFID du 08 juin
2020.

La BSIAT est chargée de veiller à la bonne conduite des enquêtes qui lui sont confiées, qu’elles soient sous la forme préliminaire, en flagrance ou dans le cadre d’une information judiciaire.

Elle est ensuite chargée de constater diligemment les infractions de terrorisme ou de crime organisé, d’en rassembler les preuves et d’en rechercher les auteurs, les complices et leurs sources de financement.

Enfin, elle est chargée d’exécuter les délégations des juridictions d’instruction lorsqu’elle est saisie à la suite d’une information ouverte sur des infractions qualifiées terroristes ou de criminalité organisée.

Composée des personnels de la Police Nationale et de la Gendarmerie, la BSIAT exerce ses activités sous l’autorité des magistrats du pôle judiciaire spécialisé dans la répression des actes de terrorisme.

Depuis l’effectivité de la BSIAT en 2019, elle a enregistré cent cinquante deux(152) dossiers avec deux cent quinze (215) personnes déférées au Parquet sur quatre cent (400) personnes interpellées.

L’activité de la BSIAT est en constante hausse. Ainsi, de janvier 2021 à juin 2021, la BSIAT a par exemple, traités quatre vingt sept (87) dossiers impliquant cent cinquante (152) personnes interpellées dont soixante onze (71) ont été déférées, selon la Synthèse du rapport de la rentrée 2021-2022 des juridictions du Burkina Faso.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page