Burkina Faso : 263 milliards FCFA mobilisés par les EPE en 2020

La 22ème Assemblée générale des Etablissements publics de l’Etat (AG/EPE) se tient du 15 au 16 juillet 2021 à la salle de Conférence de Ouaga 2000. Elle a comme thème « La qualité des services rendus aux usagers des établissements publics de l’état (EPE) : Enjeux, mesures et perspectives ». Il ressort que les EPE classiques ont enregistré une recette de 263 milliards FCFA et les Fonds nationaux environ 172 milliards de F CFA au cours de l’exercice de 2020.

Durant deux jours, les participants à l’assemblée générale dont le thème est « La qualité des services rendus aux usagers des Établissements Publics de l’État (EPE) : enjeux, mesures et perspectives », vont se livrer à un devoir de redevabilité en matière de gestion des affaires publiques. Selon le secrétariat de la gestion des Etablissements publics de l’Etat (EPE), la présente assemblée va délibérer sur les rapports de gestion des chiffres d’affaires (CA), les rapports d’activités et les états financiers de l’exercice 2020 de 112 EPE dont 18 Fonds nationaux (FN). Par ailleurs, elle va consister à faire l’audition des rapports d’explication présentés par 4 EPE n’ayant pas pu disposer des rapports et états financiers requis.

« En ce qui concerne la situation d’ensemble, il faut noter qu’au niveau des EPE classiques, le total des recettes remonte à 263 milliards, avec une évolution de (15,61%) par rapport à l’année 2019 (…). En ce qui concerne les fonds nationaux, les recettes sont établies à 172 milliards avec une progression de 70% par rapport à 2019 », a indiqué Célestin Sanon, Directeur Général du Trésor Publique.

Des insuffisances à corriger

En considérant les chiffres présentés, le Premier ministre Christophe Dabiré a fait savoir que de façon globale, les indicateurs de performances enregistrés au titre de l’exercice 2020 sont assez satisfaisants pour l’ensemble des EPE et des fonds nationaux.

Toutefois, il faut noter qu’il y a eu des insuffisances au cours de cette exercice, notamment sur les crédits impayés (crédits échus et non encore remboursés) des Fonds Nationaux de Financement (FNF) qui s’élèvent à 39,985 milliards de FCFA contre 18,401 milliards de FCFA en 2019, soit un accroissement de 117,29%. Également, il y a les dettes totales qui se sont accrues à 1,480 milliards entre 2019 et 2020. Ces dernières sont constituées essentiellement des dettes fournisseurs (84,68%) et enregistrées principalement au niveau des Fonds Etatiques (FE).

A cela s’ajoutent les charges, arrêtées à 101 milliards avec une progression de 27% par rapport à l’année 2019 ainsi que les dépenses qui se situent autour de 228 milliards avec une évolution de 14% par rapport à 2019. « Les perspectives qu’il faut envisager, c’est notamment la question de la maitrise des charges et la question du recouvrement des crédits au niveau des fonds nationaux », a indiqué Célestin Sanon.

3 recommandations sur 6 réalisées

Il faut noter que 6 recommandations avaient été émises lors de la 21ème AG/EPE. 3 de ces recommandations ont été réalisées. Il s’agit des recommandations relatives à l’appropriation de la démarche de la performance par les EPE ; la recommandation pour une meilleure prise en compte des missions des EPE dans la détermination des indicateurs des cadres de performance des programmes budgétaires et la recommandation pour exiger l’appropriation des cadres de performance des programmes budgétaires.

Les 3 autres sont en cours de réalisation, à savoir les recommandations relatives à une meilleure gouvernance des EPE ; à l’amélioration du niveau de recouvrement des créances des Fonds nationaux de financement et à la fixation de l’âge de départ à la retraite des agents contractuels des EPE.

Concernant le thème de cette rencontre qui est « La qualité des services rendus aux usagers des Établissements Publics de l’État (EPE) : enjeux, mesures et perspectives », il faut noter que les acteurs travailleront dans les années à venir à satisfaire « au maximum » l’usager des services publics, à travers l’amélioration du fonctionnement et le savoir-faire des structures.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page