Burkina Faso : « En temps de guerre, les spécialistes sont les militaires » (Eddie Komboïgo)

Le Chef de file de l’Opposition politique du Burkina (CFOP), Eddie Komboïgo dans un entretien accordé à nos confrères de L’observateur Paalga est revenu sur le remaniement ministériel opéré par le président du Faso Roch Kaboré et surtout sur la décision de ce dernier de s’adjuger le portefeuille de la Défense. Dans cet entretien dont nous avons exploité le contenu pour les abonnés de Faso7, Eddie Komboïgo s’est également prononcé sur le bilan des deux journées de marches silencieuses organisées par le CFOP.

Roch Kaboré, ministre de la Défense, c’est une prise de risques selon Eddie Komboïgo. Pour lui, le risque réside dans le fait que, si jamais, le président du Faso n’arrive pas à engranger des résultats probants, « il aura à rendre compte directement au peuple ».

Toujours par rapport au secteur de la Défense, Eddie Komboïgo a salué l’entrée d’un militaire au sein du gouvernement (Ndlr : Colonel major Barthélémy Simporé) mais estime être resté sur sa faim car il aurait souhaité un militaire ministre de la Défense et non un militaire ministre délégué chargé de la Défense. Pour lui, la décision de Roch Kaboré de ne nommer qu’au poste de ministre délégué un militaire, démontre à quel point ce dernier se méfie des militaires. Ce qui est dommage selon Eddie Kombiogo qui pense que le Burkina Faso est en guerre et que : « en temps de guerre, les spécialistes sont les militaires ».

Pour ce qui est du bilan des marches, Eddie Komboïgo estime qu’il est satisfaisant . A l’en croire, sur 45 provinces, 42 ont pu marcher. Les trois (03) autres qui n’ont pas pu être du rendez-vous, à savoir les Balé, la Komondjari et le Bam, pour cause de retard dans l’organisation, vont organiser leurs marches le week-end à venir. L’autre point de satisfaction pour le Chef de file de l’Opposition, est qu’il n’y a eu aucun incident durant les marches, a-t-il fait savoir.

« Dire que l’opposition ne peut pas mobiliser, c’est se chatouiller pour rire »

A la question de nos confrères de L’Observateur Paalga de savoir si l’opposition compte sortir encore dans les jours à venir, Eddie Komboïgo a répondu sans ambiguïté que : « Si dans les mois qui suivent il n’y a pas d’amélioration, l’opposition va encore donner de la voix, car nous sommes la voix des sans voix ».

Qu’en est-il du sort du Premier ministre Christophe Dabiré dont Eddie Komboïgo a toujours réclamé la tête ? Tout en précisant que le CFOP ne mène pas de combat contre un individu, Eddie Komboïgo a indiqué que le départ du Premier ministre a été exigé après avoir constaté que ce dernier et le ministre de la Défense menaient une politique inappropriée. « Le président du Faso a trouvé moyen de faire partir seulement les ministres de la défense et de la sécurité. (…) S’il y a de l’amélioration et que les attaques s’arrêtent, nous allons applaudir. Si tel n’est pas le cas, nous allons redoubler d’ardeur », a-t-il déclaré, révèle L’Observateur Paalga.

A la fin de l’entretien accordé à nos confrères, Eddie Komboïgo a adressé une « pique » aux personnes qui ‘’ont estimé’’ que l’opposition politique n’allait pas réussir le pari de la mobilisation lors des deux journées de manifestation notamment le 03 et le 04 juillet, dans un contexte sécuritaire très délétère. « Dire que l’opposition ne peut pas mobiliser, c’est se chatouiller pour rire. Et c’est ce que fait le pouvoir actuel », a-t-il lancé.

Amadou ZEBA

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page