Burkina Faso : 474 cas de lèpre enregistrés de 2018 à 2020

A l’occasion de la commémoration de la journée internationale de la lèpre au Burkina Faso le 30 janvier 2021, le Dr Léopold ILBOUDO dans une interview accordée au journal Bulletin santé.net, est revenu sur la situation actuelle de cette maladie au pays des Hommes intègres.

La lèpre ou maladie de Hansen est une maladie infectieuse chronique causée par Mycobacterium leprae. Elle est contagieuse et peut être transmise à une personne saine par une personne malade non traitée, à travers les gouttelettes d’origine buccale ou nasale venant de cette dernière.

Selon le Dr Léopold ILBOUDODr Léopold ILBOUDO, la lèpre se propage facilement parmi les individus vivant dans des conditions de vie précaires. Le manque d’hygiène tel que le fait de ne pas prendre au moins une douche par jour favorise la contagion.

La propagation est contenue mais persistante

A partir de 1994, la maladie n’était plus considérée comme un problème de santé publique au Burkina Faso car les efforts fournis par les autorités ont réussi à la faire reculer considérablement. Sur une population de 10 000 habitants, on trouvait moins d’un cas de lèpre. On note cependant une persistance de la maladie au Pays des Hommes intègres.

En effet selon le Dr Léopold ILBOUDO, 183 cas dont 07 enfants de moins de 15 ans été dépistés en 2018. En plus en 2019, 148 nouveaux cas ont été dépistés dont 04 enfants de moins de 15 ans. L’année dernière, c’est à dire en 2020, il y a eu 143 nouveaux patients dont 02 de 15 ans enregistrés.

La solution contre la lèpre : l’hygiène

Pour éviter d’être atteint par la lèpre, à l’origine d’incapacité physique chez les patients qui la contractent, il est essentiel d’avoir une bonne hygiène corporelle et environnementale selon le Dr Ilboudo. Par ailleurs, le dépistage précoce et un traitement sont également conseillés, ainsi que l’amélioration des conditions de vie. Le traitement de la maladie est disponsible et gratuit dans les hopitaux du Burkina Faso.

Le Dr Léopold ILBOUDO est Dermatologue-Vénéréologue de formation. Il est responsable de l’Unité d’élimination de la Lèpre, de la lute contre la Leishmaniose et l’Ulcère de Buruli du Programme National de lutte contre les maladies tropicales négligées (PNMTN).

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page