Réconciliation nationale au Burkina Faso : Le ministre Zéphirin Diabré passe en action

A peine installé dans ses nouvelles fonctions dans la matinée de ce 14 janvier 2021, Zéphirin Diabré, ministre d’État chargé de la réconciliation nationale et de la cohésion est allé à la rencontre du Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC), principal mouvement demandant la lumière sur le drame de Yirgou, survenu durant la nuit du 31 décembre 2018 au 01 janvier 2020 et jours suivants où des représailles dirigées contre une communauté suite à l’assassinat du chef dudit village ont occasionné le massacre de 46 personnes selon le gouvernement et 216 personnes selon le CISC .

Comme il l’avait promis un peu plus tôt lors de sa cérémonie d’installation dans la matinée du 14 janvier 2021, Zéphirin Diabré compte s’investir pour la réussite de la mission qui lui a été confiée par le président du Faso. C’est en effet dans cet optique qu’il est allé à la rencontre du collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) cet après midi du 14 janvier.

Selon le ministre Zéphirin Diabré sa démarche s’inscrire dans la dynamique de montrer l’étendue du domaine de la réconciliation nationale et exprimer sa volonté de vouloir travailler rapidement. Selon lui, depuis le lundi passé, il avait déjà établi des contacts avec certaines organisations.

«J’ai reçu la visite de responsable de certaines associations et aujourd’hui nous sommes au siège du Collectif contre l’impunité et la discrimination des communautés », a-t-il déclaré avant d’ajouter « le 2e signale que cette visite veut lancer, c’est que contrairement à ce que certains veulent faire croire, dans les questions de réconciliation et de cohésion sociale, nous n’allons pas les aborder uniquement sur l’angle politico-politicien ».

Une démarche qui fait honneur au CISC

Pour les responsables du CISC, cette attitude du Ministre est à saluer. « L’action du ministre d’État en charge de la réconciliation et de la cohésion sociale fait honneur à notre organisation qui se bat depuis des années sur les questions d’impunité, de stigmatisation et sur la question de l’unité nationale », a déclaré le secrétaire général du CISC, le Dr. Daouda Diallo.

Pour ce qui est du ministre d’État, le Dr Daouda dit ne pas douter de ses compétences à gérer la tâche qui lui a été confiée. Il a par conséquent exhorté les Burkinabè à faire bloc derrière lui afin de réussir à faire du Burkina Faso, un pays où la stigmatisation n’aura pas sa place.

Le CICS qui n’a pas cessé de réclamer la lumière sur le massacre de Yirgou, est convaincu que le ministère de Zéphirin Diabré pourra aborder convenablement ce problème qui englobe des « questions de justice, de droits humains et de stigmatisation ».

Selon le Dr Daouda Diallo, en sortant de cette rencontre, le ministre d’État chargé de la réconciliation nationale a fait la promesse de créer dans les prochains jours un cadre pour encadrer le processus de la réconciliation et que tous les Burkinabè seront impliqués.

Faso7

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité