[Tribune] – Burkina : « Djibo-Namssiguia, ou les 30 km de la honte ? »

Dans un post sur son compte Facebook, le député maire de Dori, Aziz Diallo, s’interroge sur le sort de la région du Sahel et Centre nord en proie au terrorisme. Lisez plutôt !

« De la peine à concevoir que, depuis plus d’un an, des hommes armés tiennent une portion de notre territoire en état de siège. Ils arrêtent tout bonnement tous les véhicules qui y passent, dont tous ceux reliant Kongoussi à Djibo, autrement dit ceux qui relient Ouaga à Djibo, cette ville meurtrie.

On se rappelle que, il y a tout juste quelques mois, pendant des semaines, Djibo était sous blocus: après les compagnies de transport, les véhicules de transport de marchandises ne pouvaient plus passer, empêchant tout approvisionnement en carburant, en vivres. Du fait du manque de carburant, les stations de l’Onea ne pouvaient plus fonctionner, privant la ville d’eau. Cela a aider à nourrir la chaine de la contrebande en tout genre.

On se rappelle aussi que c’est sur cet axe que le Député-Maire de Djibo fut arrêté et exécuté, avec des compagnons d’infortune. Paix à leurs âmes !

Voila encore que, sur le même axe, des individus armés arrêtent un car de transport, vérifient les cnib des passagers, identifient le grand Imam de Djibo, et l’enlevent.

Nous prions le bon Dieu de le protéger et de le ramener sain et sauf dans sa famille, dans sa communauté.

Mais nous sommes en droit de poser des questions. Comment est ce possible que des terroristes prennent une partie de notre territoire sous leur contrôle pendant une si longue période ?

Loin de moi l’idée de jeter l’opprobre sur nos forces de défense et de sécurité, mais manifestement, il y a problème quelque part»

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page