Burkina Faso : « L’espoir né de l’insurrection populaire semble s’émousser » Me Sankara

L’union pour la Renaissance/Parti sankariste (UNIR/PS) a animé une conférence de presse ce 30 juillet 2020.La raison de cette rencontre avec les journalistes était de présenter à l’opinion publique son manifeste pour « une gouvernance vertueuse au Burkina Faso ».

Selon le président du parti Me Bénéwendé Sankara, l’alliance formée par le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), parti au pouvoir et l’UNIR/PS, après les élections a permis au Burkina Faso d’avoir « des institutions stables et respecter le jeu politique ». Cependant, « L’arbre ne doit pas cacher la forêt » a-t-il déclaré en l’entame.

Pour le président du parti de l’œuf, les raisons qui ont conduit à l’insurrection populaire d’octobre 2014 sont toujours d’actualités, à savoir la mal gouvernance essentiellement. Cependant, Me Bénéwendé Sankara estime que la gouvernance pré insurrectionnelle qui se fait ressentir à travers la gouvernance actuelle, ne saurait trouver sa justification dans l’insécurité à laquelle le pays fait face, la fronde sociale marquée par des grèves à répétition, l’incivisme caractérisé et la situation sanitaire difficile marquée essentiellement par la pandémie de Covid-19. « Partant de là, on peut relever que les faits qui minent profondément notre gouvernance ont eu pour conséquence d’une manière générale que l’espoir né de l’insurrection populaire semble s’émousser et il est plus que temps d’agir », a-t-il laissé entendre. Pour le président de l’UNIR/PS, les populations ne voyant pas d’action concrète après l’insurrection, elles ont fini par se lasser.

C’est pour apporter sa contribution à la correction de tous ces manquements que l’UNIR/PS à travers son manifeste a élaboré les causes de ces dérives, sous 4 axes à savoir la classe politique, les syndicats, les OSC et les médias. Bénéwendé Sankara a interpellés ces différents acteurs car selon lui, ils forment et influences énormément la société.

Pour ce qui concerne les solutions à ces problèmes sur le plan de la gouvernance, elles devraient venir selon le président de l’UNIR/PS d’un rassemblement des forces de la gauche démocratique, « une convergence de visions et d’aspirations du peuple Burkinabè et de sa classe politique pour une synergie d’actions bénéfiques à la nation entière » et la prise de  conscience selon laquelle les idéaux défendus par la reveloutions menées par le président Thomas Sankara, constituent un modèle de développement et d’indépendance économique pour le Burkina Faso. Selon Me Sankara, la personne qui peut travailler à atteindre cet objectif est Roch Kaboré. « Nous nous pensons que la personne qui peut travailler qu’aujourd’hui, la personne qui peut véritablement avoir cette volonté de travailler au consensus, travailler à ce que les Burkinabè fédèrent leurs énergies, leurs forces, c’est bien le président Kaboré, qui a été aussi à l’insurrection avec nous », a-t-il déclaré.

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page