Burkina/Région du sahel: « Le litre d’essence est vendu à plus de 2000 FCFA » (Amadou Dicko)

L’union pour le progrès et le changement UPC a animé un point de presse ce 23 avril 2020 pour interpeller le gouvernement sur les difficultés que vivent les populations de la région du Sahel.

Le nombre de déplacés internes pour cause de violence ne cesse de grimper. Selon les responsables de l’UPC, la ville de Djibo à elle seule compte environ 150 000 déplacés internes. Selon Amadou Dicko, le Vice-Président de l’UPC, sur les 09 communes que compte la province du Soum, 07 se sont vidées de leurs populations et sont sous occupation terroriste. « Seuls Djibo et Arbinda qui accueillent les déplacés continuent de vivier », a-t-il affirmé

Cependant les conditions de vie dans ces deux communes qui accueillent un très grand nombre de déplacés internes sont très difficiles. En effet selon Amadou Dicko, ces deux villes sont sous « verrou » c’est-à-dire, qu’aucune entrée n’est permise encore moins une sortie. Coupée du reste du pays et ne profitant qu’aucun approvisionnement, les produits de première nécessité comme les denrées alimentaires, les produits pharmaceutiques, l’eau, le gaz, le carburant, etc. manquent dans la zone. « Les produits sont vendus à des prix exorbitants. Le litre d’essence est ainsi vendu à plus de 2000 francs CFA », a poursuivi Amadou Dicko.

Pour trouver des solutions face aux problèmes que traversent les populations du Sahel, le parti de Zéphyrin Diabré a fait des propositions. Il s’agit entre autres de renforcer la collaboration entre les différentes Forces de Défense et de Sécurité, d’organiser des patrouillent permanentes et des convois périodiques pour faciliter le transport vers les zones attaquées, particulièrement de personnes en situation d’urgence, de marchandises, d’aliments et de médicamants.Le parti du Lion appelle par ailleurs le gouvernement à travailler à une réinstallation de l’Administration avec des mesures sécuritaires d’accompagnement dans les zones où elle n’est plus.

Il faut noter que le Porte-parole du gouvernement avait annoncé la levée du blocus sur la ville de Djibo. Cependant, Selon le vice-président de l’UPC, cette action du gouvernement bien que salutaire reste insignifiante car ce ne sont que 10 camions qui a eu accès à la ville qui enregistre environ 150 000 déplacés internes en plus de la population autochtone.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page