Attaque de Barga : « il faudrait que la saignée cesse et que les déplacés internes et l’ensemble des populations soient protégés » (Eddie Komboïgo)

Ceci est une déclaration du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP),sur l’attaque de Barga.

Une tragédie frappe de nouveau notre pays . Des familles sont encore
endeuillées, des innocents ont perdu la vie, des populations fuient leurs
demeures et leurs villages. Le Burkina Faso, une fois de plus, est  en
deuil. En effet, c’est avec un cœur meurtri et une très grande tristesse
que j’ai appris l’attaque odieuse et barbare des villages de Dinguila et
Barga dans le nord de notre pays, faisant au moins 43 morts et six blessés
le 8 mars 2020 selon le communiqué du gouvernement.

En cette douloureuse circonstance, je voudrais au nom des militantes et des
militants du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP) et à mon nom
personnel, présenter aux familles endeuillées, aux populations du Nord et
au peuple burkinabè, mes condoléances attristées et ma compassion émue.
J’adresse mes prières pour le repos des âmes des victimes et formule le vœu
ardent que les blessés recouvrent la santé. J’ai grand espoir que les
déplacés trouvent abris auprès des populations qui leur apportent
compassions et   assistances.

Le massacre de nos populations doit cesser sans condition. C’est pourquoi
nous invitons le gouvernement à prendre des dispositions pour protéger les
populations véritablement. Nous devons nous convaincre que  nous sommes un
seul et même peuple, indivisible et travailler à sauvegarder et promouvoir
cette valeur. De ce fait, nous devons aller au- delà des paroles, des
promesses, vers une réconciliation véritable des filles et des fils  du
Burkina Faso et promouvoir la paix, la cohésion et le vivre-ensemble.

Nous attendons impatiemment le résultat de l’enquête instruite par le
procureur, afin que les auteurs de ces massacres soient démasqués et punis
conformément à la loi.

Une fois de plus, le gouvernement qui est le garant légitime de la quiétude
et de la protection des populations ne doit ménager aucun effort pour que
les populations vivent en bonne entente. Il faudrait  que la saignée cesse
et que les déplacés internes et l’ensemble des populations soient protégés.
Nous voulons que chaque Burkinabè puisse vivre et travailler sereinement
partout sur le territoire national, aller et venir dans le pays en toute
quiétude.

C’est avec des Burkinabè unis  que l’on viendra définitivement à bout des
ennemis de notre peuple.

Démocratie-Progrès-Justice

Ouagadougou, le 09 mars 2020

Pour le Bureau Politique National,

 Le President
 Eddie KOMBOIGO

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page