Ouagadougou : Course poursuite entre un conducteur « incivique » et un policier

L’incivisme routier s’est installé dans le quotidien des Ouagalais comme une norme. Il est très fréquent de voir des usagers, violer les règles de conduite et refuser d’obtempérer aux interpellations des agents de Police. Dans la matinée du 24 février 2020, au rond-point de la Patte d’Oie, un conducteur de tricycle a refusé d’obtempérer à l’ordre d’interpellation d’un policier. Il s’en est suivi une course poursuite. Informé de l’affaire, Faso7 est allé à la rencontre du policier à la Direction Générale de la Police Municipale.

« C’est devenu notre quotidien les refus d’obtempérer à Ouagadougou. Tous les jours que les agents sortent, ils nous rapportent ce qui se passe », s’est exprimé l’Inspecteur de Police municipale, Sébastien Ouédraogo qui a bien voulu nous recevoir.

Selon lui, il arrive que certains agents de police en mission de régulation de la circulation routière soient fauchés par des usagers inciviques. « Nous avons eu des éléments qui ont eu des fractures sans qu’on ne puisse arrêter toujours les coupables », a-t-il déclaré.

L’inspecteur de Police Sébatien Ouédraogo et l’agent Zakaria Traoré

 « A Ouagadougou, lorsque vous prenez la voie, vous ne pouvez pas faire 1 kilomètre sans constater un cas d’incivisme », a mentionné Sébastien   Ouédraogo. Il estime que l’incivisme devient de plus en plus récurrent et concerne aussi bien les enfants que les personnes adultes.

Miser sur l’éducation des usagers

Pour l’inspecteur de police, pour pallier ce problème qui n’arrête pas de faire des victimes à longueur de journée, il faudrait mettre l’accent sur la sensibilisation. Il estime qu’il est important de faire comprendre aux usagers ouagalais que le nombre de la population a augmenté et que la voie publique reste un bien public appartenant à tout le monde.

https://www.facebook.com/mediafaso7/videos/879241622521558/
L’Agent de police Zakaria Traoré explique les faits

Par ailleurs il a tenu à faire comprendre l’importance des contrôles routiers exercés par les agents de police. « Il faut respecter tout ce que les policiers vont vous demander. L’interpellation, c’est à travers ça qu’on retrouve les engins volés », a poursuivi l’Inspecteur de Police.

Sébastien Ouédraogo a réaffirmé l’engagement de son service à insister sur les contrôles des documents, en particulier en ce qui concerne les tricycles. « Nous allons mettre le maximum sur les contrôles des engins, en particulier les tricycles qui refusent d’obtempérer. Nous allons toujours les interpeller pour qu’ils se se mettent en règle », a-t-il déclaré.

Selon lui les tricycles ne sont pas le plus souvent en règle et leurs conducteurs pour la plupart sont sans permis de conduire.

Articles similaires

3 commentaires

  1. Souvent quand tu regardes effectivement ces gens sur les tricycles circuler, ça fait peur. Je ne sais pas ce qu’ils consomment, mais c’est sidérant. Mais dites nous, est-ce que la circulation de ces types d’engins est réglementée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page