Burkina/ IUTS : les syndicats annoncent un arrêt de travail

L’ensemble des Syndicats réunis au sein de la CGT-B, la coordination des syndicats du MINEFID, l’Intersyndical des magistrats et 17 syndicats autonomes de travailleurs du Burkina ont notifié un préavis de grève de 120 heures au président Roch Kaboré, ce jour 27 février 2020.

Dans ce préavis qui est aussi adressé à la Directrice générale du travail, les syndicats ont dressé une plateforme revendicative ayant pour points essentiels la suppression de l’IUTS sur les primes et indemnités pour l’ensemble des travailleurs burkinabè. Aussi les syndicats exigent ils « l’arrêt des atteintes aux libertés syndicales »« L’arrêt du pillage des ressources nationales », et le « respect et la mise en œuvre des différents engagements pris par le gouvernement vis-à-vis des syndicats des travailleurs ».

Dans ce préavis adressé au président du Faso, les syndicats ont tenu à mentionner au Chef de l’Etat, ce qu’ils pensent de son pouvoir. « Ces derniers temps, le gouvernement s’est engagé dans une provocation du monde du travail en opérant un passage en force avec l’application de l’IUTS sur les primes et indemnités des fonctionnaires de l’Etat », peut-on lire sur le préavis adressé à Roch Kaboré. Par ailleurs, les syndicats dans leur préavis estiment que « l’amour du gouvernement pour les textes, s’il vaut quand il s’agit de les appliquer aux primes et indemnités des travailleurs, devient subitement introuvable quand il s’agit de fixer des membres du gouvernement ».

Pour finir, les syndicats ont mentionné dans leur préavis que la grève qui est prévue du lundi 16 mars 2020 au vendredi 20 mars 2020 sera reconduite, si le gouvernement ne donne pas une suite satisfaisante à leurs revendications.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page