Burkina : Isaac Zida candidat du MPS en 2020

Le Pr Augustin Loada, président du Mouvement Patriotique pour le Salut (MPS) a annoncé ce samedi 15 février 2020 à Ouagadougou, la candidature prochaine de l’ancien chef de l’Etat, Yacouba Isaac Zida aux élections présidentielles de novembre 2020.

Pour Augustin Loada, cette candidature de Yacouba Isaac Zida, président d’honneur du MPS est la réponse à « l’appel solennel » lancé par le secrétariat exécutif national à l’endroit de l’ancien premier ministre pour qu’il représente le parti aux prochaines élections présidentielles de novembre 2020. Selon le président du MPS, même si Zida  s’est dit disposé à être le porte-drapeau du parti, il donnerait son approbation complète que si le choix porté sur sa personne est accepté au plus haut sommet du parti notamment lors du congrès, prévu à quelques mois avant les élections élections.

Yacouba Isaac Zida qui est poursuivi en justice pour « Insubordination » et « désertion en temps de paix », vit en exil notamment au Canada depuis quatre années. Pour Augustin Loada, toutes ces accusations sont des manœuvres politiques. Par ailleurs, estime-t-il que le président du Faso soit à l’origine de ces poursuites infondées.

Cependant, il estime que ces problèmes judicaires ne vont pas empêcher l’ancien chef de l’Etat de faire son retour au Burkina Faso. Selon lui, l’ancien premier ministre de la transition qui est un homme courageux reviendra bientôt contrairement au souhait de ses détracteurs qui ont pour ambition de lui priver de ses droits civiques

Se libérer des dinosaures…

Parlant des prochaines élections présidentielles, Augustin Loada veut mettre fin au règne des « dinosaures ». En effet il estime que la jeunesse de son parti, le MPS qui est a été officiellement crée en Juillet 2019, ne constitue pas une faiblesse pour installer une véritable rupture avec l’ancienne classe dirigeante qui aspire toujours à la gestion de l’Etat.

Aussi, le président du MPS s’est il prononcé sur l’opération d’enrôlement des burkinabè de la diaspora. Pour lui c’est un échec. Il ne cautionne pas le fait que seulement 30 000 burkinabè de la diaspora soient enrôlés pour un budget d’une trentaine de millions. Pour finir, Augustin Loada a appelé à une meilleure gestion des fonds de la CENI afin d’éviter d’éventuelles utilisations à d’autres fins inavouées.

Source : Burkina24

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page