Burkina : Pascal Zaida s’en prend à l’IUTS sur les indemnités

Pascal Zaida, dans cette tribune, réagit au débat sur l’IUTS imposé sur les indemnités.

Après avoir créé  de son propre chef et par une calamiteuse gestion publique du budget de l’État, le gouvernement, qui s’est montré par ailleurs hostile à toutes les propositions visant la réduction du train de vie de l’Etat, fait les mains et des pieds pour trouver un bouc émissaire à abattre.

Partant, le 28 septembre dernier, dans l’ombre de la bannière flottante du parti au pouvoir, le Premier ministre a annoncé l’application de l’article 105 du code général des Impôts relatifs à l’Impôt unique sur les traitements des salaires des fonctionnaires. On parle dès lors d’élargissement de l’IUTS aux primes et indemnités. Ce qui est aux antipodes des dispositions connexes aux primes et indemnités.

-Un légalisme malsain

Le gouvernement enchevêtré dans son ravin budgétaire que lui-même a creusé par sa mal gouvernance, la corruption ayant porté des galons, entend désormais respecter les textes de loi, mais de manière sélective d’autant qu’il n’a d’amour et de respect que ce qui l’arrange. En effet, combien de droits à des conditions de travail descentes et dignes, reconnus par les instruments internationaux et notre loi fondamentale, sont foulés aux pieds par le gouvernement ?

Combien de décrets ou d’accord sommeillent dans les tiroirs poussiéreux de ce gouvernement ? On ne peut être partiellement légaliste:

Soit on l’est, soit on ne l’est pas.

Le gouvernement a-t-il perdu tous ses sens de l’opportunité ?

Cette annonce, aussi bien dans son lieu que dans son moment, rompt avec toute courtoisie et esprit de dialogue dont se targue le gouvernement à chaque fois que d’occasion.

Alors même qu’il n’est pas en odeur de sainteté avec les partenaires sociaux avec lesquels il s’ingénie à semer la graine d’un désordre, le gouvernement a décidé de faire un break dans le game avec cette annonce qui ne reçoit d’autres qualification que celle de ” provocation”.

Provocation, s’il en est une, dans la mesure qu’au moment où les fonctionnaires tirent le diable par la queue du fait de la cherté de la vie et consécutivement demandent des améliorations, le gouvernement jette le pavé dans la marre et rend encore plus drue leurs conditions de vie.  Le pouvoir MPP et alliés affichent ainsi tout leur mépris vis-à-vis des travailleurs en particulier et du peuple en général.

Dans ce même sens et depuis son accession au pouvoir, ils ne font que faire supporter leur malgouvernance  par le peuple avec des politiques antisociales faites d’augmentations  d’impôts et autres mesures inacceptables.

Ainsi, chers camarades, citoyens épris de justice, le gouvernement ne veut pas faire application de l’adage selon lequel la charité bien ordonnée commence par soi-même. En effet, le gouvernement sait où trouver de l’argent. Il lui suffit de sortir certains rapports contenant des propositions pertinentes pour la réduction du train de vie du gouvernement. Par exemple, la réduction des parcs automobiles des membres du gouvernement, la réduction de moitié de leurs salaires et avantages. Rien que ces mesures, nous feront boucher plus d’un trou et parce que le ton est donné par le haut, il n’aura aucune difficulté à descendre.

En tout état de cause, il faut aussi se rendre à l’évidence que le gouvernement veut aussi créer une diversion dans les luttes déjà amorcées. Il ouvre un nouveau front pour espérer faire abandonner les anciennes positions. Soyons donc vigilent et mobilisons-nous dans un cadre organisationnel plus large pour soutenir les syndicats sincères afin d’ériger des barricades solides et durables à l’application de la mesure.

Citoyens honnêtes en lutte et debout !

La marche du développement passe par tous !

Bonne et heureuse année  à toutes et tous !

 Ouagadougou le, 1er janvier 2020

Pascal Zaida du CED

Marcel Tankouano du M21

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page