Burkina Faso : Adjudant Yves Ouédraogo, l’arme au poing, le crayon à l’oreille

En plus de son travail qui est de défendre le territoire national, l’Adjudant Yves Ouédraogo des Forces Armées Nationales (FAN) a une passion : la calligraphie. Il prend ainsi plaisir à produire des portraits pendant ses temps libres.

Direction du centre culturel des armées. Ouagadougou. Yves Ouédraogo, treillis au corps, galon d’adjudant à l’épaule, rasé de près, est assis dans son bureau, à la Direction de la communication et des relations publiques des armées (DCRPA), qu’il partage avec ses frères d’armes. Vous l’avez compris. Le trentenaire fait partie des Forces de défense et de sécurité (FDS).

Défendre la nation est une passion pour lui, mais ce n’est pas la seule. Dans la salle multimédia de la DCRPA où se déroule la suite de notre entretien, les portraits qu’il dispose dévoilent son hobby : le graphisme. Ses sujets de prédilection sont la nature et ses habitants.

Le matériel que l’Adjudant Yves Ouédraogo utilise pour réaliser ses portraits – © Faso7

Mais selon lui, ceux qui sont intéressés par les portraits d’animaux pour leurs enfants ne sont pas aussi nombreux que ceux qui s’intéressent au portrait de personnage.

Le militaire a une grande clientèle. « C’est à mes temps libres que je le fais. Malgré ça, je peux dire que je suis débordé puisqu’à chaque fois, il y a de la clientèle. Je peux dire que je n’arrive pas à satisfaire vraiment la clientèle. La demande dépasse l’offre », se réjouit-il.

Ses clients sont aussi bien civils que militaires. « Mes clients ne sont pas des militaires seulement. C’est surtout des civils, des particuliers, souvent des entreprises qui veulent certaines reproductions», note l’Adjudant Yves Ouédraogo.

L’Adjudant Yves Ouédraogo entrain de réaliser un portrait – © Faso7

L’artiste transmet aussi son savoir à ceux qui le lui demandent, notamment sur le matériel à utiliser et les techniques de graphisme. « C’est compliqué vu que je n’ai vraiment pas le temps, mais j’essaie de les aider à se procurer du matériel et de leur montrer un peu les techniques que j’utilise pour obtenir  ces résultats », explique-t-il.

Encouragé par son service, il bénéfice de la promotion de son talent. « Le fait déjà de permettre ce reportage c’est un soutien. On avait un journal ici, « Echo des armées » qui était initié par la direction. Présentement, ils ont arrêté. Ils ont déjà fait un reportage sur moi. Ils me soutiennent à travers des commandes. Un soutien moral aussi », annonce l’Adjudant Yves Ouédraogo.

Disposé à produire le portrait peu importe le lieu et le jour, ce graphiste affirme qu’il n’a pas besoin d’inspiration particulière. Il lui suffit d’avoir le matériel et le tour est joué. Il invite les intéressés à lancer leurs commandes car « ce n’est pas vraiment cher. Il ne faut  pas hésiter,  s’ils sont intéressés par les œuvres ».

« Tout dépend de l’image à reproduire. Egalement du format de papier souhaité. C’est-à-dire, la taille voulue par le client. Le prix varie de 35 000 à 100 000 F CFA. Je travaille sur du format, A4, A3, A2 et A1 », explique-t-il.

Avant de venir à la DCRPA, l’adjudant Yves Ouédraogo a fait ses armes au Sahel et au Centre-Est.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page