«La France est mal placée pour donner des leçons au Mali», selon Bamako

Visiblement, la tension ne baisse pas entre les autorités de la Transition malienne et celles françaises. Dans un communiqué datant du dimanche 31 juillet 2022, le ministère de l’administration territoriale du Mali est revenu sur les propos du chef de l’Etat français lors de sa visite en Guinée Bissau.

Selon les autorités maliennes, le président de la république française, Emmanuel Macron, « a réitéré des accusations erronées en affirmant que les autorités maliennes entretiennent des relations avec un groupe paramilitaire ».

Pour Bamako, le président français tient toujours de tels propos alors qu’il n’y a pas apporté des preuves de ses dires. « Pire, dans ces propos, il a évoqué l’exercice de la violence par les autorités maliennes, ciblant une ethnie spécifique de la nation Malienne », a ajouté le communiqué.

En guise de réponse, les autorités de la transition ont « condamné avec la dernière rigueur ces propos haineux et diffamatoire » d’Emmanuel Macron. Selon elles, le président français porte atteinte à la cohésion sociale au Mali.

La transition malienne explique que c’est dans une logique d’anticipation qu’elle avait demandé le départ de l’ambassadeur de la France au Mali, la fermeture de France24 et RFI sur son territoire et la rupture de la coopération militaire entre les deux pays.

« La France qui a toujours œuvré à la division et à la partition de notre pays est mal placée pour donner des leçons au Mali », peut-on lire dans le communiqué signé par le Colonel Abdoulaye Maïga.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page