Coup d’Etat au Burkina Faso : La C27 veut manifester pour soutenir le MPSR

Au cours d’une conférence de presse ce 28 janvier 2022, la coalition de la marche du 27 Novembre 2021 (C27) a indiqué qu’elle soutient la prise du pouvoir par le Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR).

Selon les responsables de la coalition, ils prévoient de marcher le 12 février 2022 sur toute l’étendue du territoire pour soutenir le MPSR et contre les sanctions de la CEDEAO. « Nous sommes disposés par tout moyen à accompagner le MPSR et son président dans l’exercice de leurs missions pour un retour de la paix, de la sécurité et de l’unité nationale dans notre pays », a déclaré Ghislain Konseiga, membre du comité de pilotage.

Se prononçant sur les prises de position de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), les responsables de la coalition ont mis en garde l’organisation sous-régionale contre d’éventuelles sanctions contre la junte au pouvoir. C’est d’ailleurs pour également protester contre ces sanctions que la C27 prévoit de manifester le 12 février 2022.  «Le format actuel de la CEDEAO est dépassé», a déclaré Marcel Takoano, l’un des membres de la coalition avant de mettre en garde: « Nous prenons l’opinion nationale et internationale à témoin, si dans l’avion qui doit venir ici au Burkina, s’il y a Alassane Dramane Ouattara dans cet avion, c’est que l’avion ne va pas atterrir ici au Burkina ».

Quant à Hervé Ouattara également membre de la coalition, en prenant la parole, a indiqué que les Burkinabè doivent faire preuve de solidarité face à la position de la CEDEAO . « Il appartient au peuple burkinabè aujourd’hui de montrer que ce qui s’est passé n’est pour seulement l’affaire d’un groupuscule mais que c’est porté par toute une nation, que c’est porté par tout un peuple et que nous comptons quelque soit les difficultés relever les défis, parce que nous l’avons crû et nous allons nous battre pour que le Burkina ne sombre pas », a-t-il fait savoir.

En poursuivant dans le même registre que ces prédécesseurs, Adama Tiendrebéogo dit « Colonel » a quant à lui inviter la CEDEAO à redigérer ses énergies dans la lutte contre le terrorisme. « Si la CEDEAO a les moyens de fermer les frontières, elle devrait avoir les moyens de lutter contre le terrorisme », a-t-il lancé.

Joël THIOMBIANO (stagiaire)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page