Crise politique au Tchad : Mohamed Bazoum désigné Médiateur

Le président du Niger, Mohamed Bazoum a été désigné ce vendredi 23 avril 2021 comme médiateur dans la crise politique qui sévit au Tchad suite au décès du Maréchal Idriss Déby Itno (MIDI). Il faut savoir qu’une partie de l’opinion civilo-militaire du Tchad n’est pas d’accord avec l’instauration du Conseil Militaire de Transition, dirigé par Déby fils, le Général Mahamat Idriss Déby.

Le président du Niger, Mohamed Bazoum a été choisi lors d’une réunion tenue par ses paires, les chefs d’Etats du G5 Sahel, le président français Emmanuel Macron et le président de la Commission de l’Union Africaine. Cette rencontre a eu lieu en marge des obsèques d’Idriss Deby, au palais présidentiel de N’Djamena.

La mission de Mohamed Bazoum sera de résoudre la crise politique qui secoue le Tchad, depuis le décès du Maréchal Idriss Déby, qui a succombé aux blessures qu’il a eu lors des combats que l’armée tchadienne a livré contre les rebelles du FACT dans le désert du Tibesti.

On se rappel qu’après la mort du président, un Conseil Militaire de Transition (CMT) a été mis en place. Ce conseil est dirigé par le fils du défunt Président, le Général Mahamat Idriss Déby et il est censé assurer une transition de 18 mois. Cependant, une partie de l’opinion publique tchadienne dont l’opposition politique et une tranche de l’armée s’y opposent.

En illustration, Radio France International (RFI) a annoncé que la « Coalition militaire », une alliance de plusieurs mouvements armés actifs dans le nord du pays, est contre la logique du MCT « publiquement soutenue par la France ». La Coalition a critiqué Emmanuel Macron de faire fi des Droits de l’Homme.

« Nous avons établi des contacts avec la junte actuelle, pour éviter d’arriver à une situation de guerre ouverte. Si la junte militaire ne reçoit pas cette main tendue, nous seront obligé dans les jours et les semaines à venir, de marcher sur N’Djamena », a déclaré Gassim Cherif, le porte-parole de la Coalition militaire.

Le Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union Africaine a quant à lui exhorté les forces de défenses et de sécurité tchadiennes à s’engager rapidement dans un processus de restauration de l’ordre constitutionnel et de transfert de pouvoir politique aux « autorité civiles », conformément aux dispositions pertinentes de la Constitution de la République du Tchad et à créer des conditions propices à une transition rapide, pacifique, constitutionnelle et sans heurts.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page