Bobo-Dioulasso : Des Hommes de média outillés sur la transition agroécologique

Le vendredi 5 juillet 2024, la coalition pour la protection du patrimoine génétique Africain (COPAGEN) a initié un atelier de réflexion à l’endroit des hommes de média à Bobo-Dioulasso. Ledit atelier vise à contribuer au succès de la transition agroécologique par la lutte contre l’utilisation des pesticides chimiques de synthèse dans l’agriculture au Burkina Faso.

Selon le point focal de la COPAGEN, Isidore Della, cet atelier entre dans le cadre de la mise en œuvre du projet TAPSA, qui est focalisé sur l’agroécologie. Il signifie que ce projet est mis en œuvre au Burkina Faso par la COPAGEN. Pour lui, cet atelier d’échanges doit permettre aux participants de comprendre davantage la problématique liée à l’utilisation abusive des pesticides chimiques de synthèse dans l’agriculture.

« Nous souhaitons qu’ils puissent être des porte-voix et partager massivement l’information sur les dangers qui ont été présentés par les chercheurs burkinabè », a-t-il dit. Il a par ailleurs rassuré que des alternatives ont été proposées par des chercheurs et que des études scientifiques ont montré que ce sont des produits agroécologiques qui ont été trouvés, qui portent la production locale et ne sont pas nocifs pour la santé humaine et pour l’environnement.

A en croire Isidore Della, les dangers liés à l’utilisation de ces pesticides sont essentiellement liés à la santé humaine, à l’environnement et à l’écosystème. Aujourd’hui, regrette-t-il, « il ressort que dans certaines localités du pays, il n’y a pas d’abeilles par faute d’utilisation de pesticides chimiques ».

Moussa Koné (Collaborateur)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page