Logements sociaux : le CEGECI lance le projet de la cité Renaissance à Ouagadougou

Le Centre de gestion des cités (CEGECI) a procédé au lancement officiel de son projet de construction d’une cité appelée la « Renaissance », le 05 juillet 2024 à Ouagadougou. Le ministre chargé de l’Urbanisme, Mikaïlou Sidibé, a posé la première pierre de la cité qui, à terme, devrait pouvoir accueillir près de 800 ménages.

En réponse à la forte poussée démographique et à la demande croissante en logements, le département de l’Urbanisme a lancé un vaste programme de construction de logements en hauteur. Ce programme, intitulé « Burkina Faso deenw kaa soow », vise à construire 50 000 logements d’ici 2028. La Cité de la Renaissance, pilier de ce programme, incarne cette vision avec la construction d’immeubles de type R+3, R+4 et R+5 le long du rond-point central de Bassinko.

« Il faut dire que ce projet s’inscrit dans la forte volonté du gouvernement de pouvoir mettre à la disposition des citoyens des logements décents. Cela fait partie de la politique du ministère qui ambitionne, dans les années à venir, de s’appuyer sur les promoteurs publics de l’État que sont la CEGECI et la SONATUR, mais également avec l’accompagnement du privé, pour pouvoir produire en masse et permettre aux Burkinabè de se loger décemment », a déclaré Mikaïlou Sidibé, ministre de l’Urbanisme.

Pose de la première pierre pour la construction de la cité-©Faso7

Le projet de la Cité de la Renaissance comprend la construction de bâtiments abritant 504 appartements, des zones commerciales et des espaces récréatifs. En plus de ces immeubles, trois cents (300) logements économiques de types F2 (une chambre + un salon), F3 (deux chambres + un salon) et F4 (trois chambres + un salon) seront construits sous forme de villas pavillonnaires. Ces logements sont accessibles à partir de 14,5 millions de francs CFA, dont 30% comme premier versement et le reste payable sur 5 ans. Les logements sont accessibles à tous.

Le site abritant la cité couvre une superficie de 75 hectares et est situé dans le quartier Bassinko. Les chefs coutumiers de la localité se sont réjouis d’un tel projet qui va sans aucun doute contribuer au développement socio-économique du quartier. « Au nom des habitants de Bassinko, nous vous témoignons notre reconnaissance. Que le travail que vous allez abattre ici procure la paix et le bonheur aux populations », a souhaité le porte-parole du chef coutumier de Bassinko.

Gon Tali Martine Ky, directrice générale de la CEGECI-©Faso7

La construction de cette cité intervient dans un contexte de crise sécuritaire avec son corollaire de déplacements internes. « Malgré les défis sécuritaires auxquels notre pays fait face, nous restons résilients et déterminés à offrir à nos concitoyens, un cadre de vie digne et prospère », a indiqué la directrice générale de la CEGECI, Gon Tali Martine Ky.

Le projet a un coût global de 28 milliards de francs CFA et va se dérouler en deux phases. La première phase consistera en la construction des logements pavillonnaires et la seconde phase en la construction des immeubles. Les premiers logements devraient être prêts en décembre 2024.

Bamboado Edwige OUOBA

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page