Ouagadougou : Un chauffeur de la SOTRACO siphonne 75 litres de carburant de son bus

Le Président de la Délégation Spéciale de la commune de Ouagadougou (PDS), Maurice Konaté, a surpris un chauffeur de la Société de Transport en Commun (SOTRACO) en train de siphonner le carburant d’un bus de la SOTRACO. C’était dans la nuit du mardi 25 juin 2024 à Ouagadougou au niveau du Monument des Martyrs à Tampouy. Aidé par des riverains, le PDS a réussi à saisir le carburant transvasé, mais les deux belligérants ont réussi à fuir. Ce 26 juin 2024, le PDS a apporté des précisions sur l’incident.

En ralliant son domicile vers 20 h 00 ce 25 juin 2024, le PDS de Ouagadougou, Maurice Konaté ne se doutait pas qu’il allait être à l’origine de la saisine de 75 litres de gasoil volé par un chauffeur malfrat de la SOTRACO qui prenait un malin plaisir à siphonner le carburant du bus qu’il conduit.

Revenant sur les péripéties de cette arrestation, le PDS a expliqué qu’il a croisé le bus vide de la SOTRACO avec uniquement le chauffeur à bord. Pour lui, c’était normal, c’était le dernier bus de la soirée qui rentrait. Le PDS s’est dit étonné lorsqu’il a constaté que le bus a bifurqué pour aller vers le monument des martyrs. Il a entrepris de le suivre, mais le chauffeur ayant constaté qu’il était suivi a pris une autre voie.

Heureusement, en revenant sur ses pas, le PDS a vu le bus garé dans le noir, toujours près du monument des martyrs. Il s’est approché et a constaté que le chauffeur, aidé par un complice, était en train de siphonner le carburant du bus. 75 livres de gasoil avaient été transvasés dans des bidons de 30 litres.

L’ayant vu, le complice a pris la poudre d’escampette, abandonnant sa moto. Le chauffeur a suivi en démarrant en trombe. Avec l’aide des riverains, ils ont réussi à arrêter le chauffeur et ont récupéré les 75 litres de gasoil transvasés. Malheureusement, selon un des riverains (dont nous allons taire le nom à sa demande) qui ont aidé le PDS dans sa traque, le chauffeur a réussi à s’échapper.

Le chauffeur est recherché par la police municipale. Dès qu’il sera arrêté, il sera traduit devant la justice, et répondra de sa forfaiture. Il s’agit selon le PDS d’un récidiviste. Il avait été arrêté une première fois pour les mêmes faits, mais relâché puis réintégré à la SOTRACO, faute de preuves. Maintenant qu’il « a été pris la main dans le sac, il pourra enfin répondre de son forfait devant la justice », s’est réjoui Maurice Konaté.

Pour le PDS, c’est déplorable que pendant que la SOTRACO entreprend des réformes pour remplacer ses bus et étendre sa zone de couverture, des gens travaillent à plomber la compagnie.

« La SOTRACO peine à offrir des services de qualité aux populations. Nous avons des bus en très mauvais états. Nous sommes en train de chercher des solutions pour y remédier. Pendant que des gens construisent, il y a d’autres qui nous tirent vers le bas » s’est offusqué Maurice Konaté.

Une pratique qui perdure malgré les mesures prises

Maurice Konaté a appelé les populations à dénoncer les cas de vols. À l’étendre, le numéro vert de la police est fonctionnel 24h/24. Il faut, dit-il, que les populations interpellent la police si elles font des constats de vol.

« Hier, c’étaient 75 litres de carburant qu’ils ont siphonnés. Imaginez, si chaque jour, si on doit enlever par jour 75 litres dans un bus, il y a problème ! Il va s’en dire que nous ne pouvons qu’avoir des bus vétustes et du personnel mal payé. Les populations souffrent, les étudiants souffrent (…) SOTRACO, c’est pour vous. J’interpelle la population à collaborer. Si vous voyez des actions que vous trouvez anormales, saisissez les autorités compétentes », a informé Maurice Konaté.

Pour le Directeur Général de la SOTRACO, Issiaka Ouedraogo, ce n’est pas une première pour la SOTRACO que de constater des cas de vols de son carburant. En 2022, des chauffeurs ont été condamnés, a-t-il laissé entendre. Toutefois, selon le DG SOTRACO, le mal a la peau dure et il perdure.

« Nous avons pris les dispositions pour empêcher toute personne de siphonner le carburant. Nous sommes allés jusqu’à cadenasser les réservoirs. Mais le voleur trouve toujours des moyens pour contourner ces mesures. Nous faisons un contrôle à la sortie et à l’entrée. Il y a des mesures qui sont prises pour éviter ce genre de situation, mais elles continuent. C’est dommage », a déploré Issiaka Ouedraogo.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page