« Appels à incendier le palais du Moogho Naaba » : Des condamnés demandent une liberté provisoire

Condamnés le 7 juillet 2023 pour leur implication dans l’affaire dite « appels à incendier le palais du Moogho Naaba », Marcel Tankoano, Désiré Guinko, Abdoul Karim Baguian dit Lotta, Pascal Zaïda, Bouakri Tapsoba et Karim Koné ont fait appel de la décision rendue par le juge du tribunal de grande instance de Ouagadougou. Ce vendredi 21 juin 2024, les six condamnés, sous bonne escorte des gardes de sécurité pénitentiaire, se sont présentés devant le juge de la Cour d’appel dans l’espoir de bénéficier d’une décision favorable.

Après avoir déclaré recevable l’appel des condamnés, le juge a décidé de renvoyer la délibération au 5 juillet 2024. En attendant la date de la délibération, les avocats de la défense ont introduit auprès du juge, une requête de mise en liberté provisoire de leurs clients. L’une des raisons fondamentales de cette liberté provisoire est liée à l’état de santé de certains condamnés.

Avant de statuer sur cette requête de mise en liberté provisoire, le juge a demandé l’avis du ministère public, qui dit ne trouver aucun problème à la légitimité de la demande, d’autant plus que ce sont des raisons de santé qui sont évoquées. Toutefois, le parquet dit se remettre à la sagesse du tribunal. Finalement, le juge a décidé de renvoyer le dossier au 5 juillet 2024. C’est aussi ce jour qu’il donnera sa décision concernant la demande de mise en liberté provisoire.

« Le dossier a été renvoyé pour le 5 juillet pour la simple raison qu’il y a des confrères qui ont demandé le renvoi pour pouvoir préparer au mieux les intérêts de leurs clients. La demande de liberté provisoire était de permettre à ces personnes-là de se soigner dignement d’autant plus que le parquet général dans son infinie sagesse avait déjà accordé au moins quatre permissions de sortie qui l’auront permis en fait effectivement de se soigner », a indiqué Me Paul Kéré, avocat de Marcel Tankoano.

En rappel, c’est le 7 juillet 2023 que Marcel Tankoano, Désiré Guinko, Abdoul Karim dit Lota, Pascal Zaïda, Bouakri Tapsoba et Karim Koné ont été condamnés par le tribunal de grande instance Ouaga I. Ils étaient poursuivis entre autres pour des faits d’association de malfaiteurs, de divulgation de fausses informations, d’incitation à un attroupement armé ou non armé, d’incitation à la dégradation de biens et la mise en danger de la vie d’autrui.

Lazard KOLA

Faso7

Waongo KOLA

Waongo KOLA est un journaliste burkinabè ayant pour domaine de prédilection les sujets de société, d'économie, de politique et de santé.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page