FESTIC 2024 : Le mariage en pays Dagara expliqué au cours d’une soirée

Dans le cadre de la 6e édition du Festival des identités culturelles (FESTIC), le Cinéma Numérique Ambulant (CNA), a organisé la nuit de la résilience avec la communauté Dagara, le vendredi 10 mai 2024, au quartier Ouidi de la ville de Ouagadougou. Cette activité a été placée sous le thème « Identité et construction de la paix ».

Au cours de cette activité, trois panélistes ont été invités pour se prononcer sous des thèmes secondaires en lien avec le mariage, les funérailles ainsi que les modes de règlement des conflits en pays Dagara. Réunissant plusieurs communautés, la nuit de la résilience avec la communauté Dagara se veut être un cadre pour expliquer et montrer les valeurs et coutumes de cette communauté.

Présent à cette activité, Pr Magloire Somé, enseignant-chercheur au département de Histoire et Archéologie à l’université Joseph Ki Zerbo, a donné sa communication sous le thème « Le mariage en pays Dagara ». Selon ses explications, la jeune fille ou le jeune homme a la liberté de choisir son conjoint ou sa conjointe pour le mariage. Toutefois, il a précisé que cela est régi par une règle de base, c’est-à-dire le « mariage de raison » ou le mariage présentiel qui est une institution de la communauté Dagara.

Pr Magloire Somé, enseignant-chercheur au département de Histoire et Archéologie à l’université Joseph Ki Zerbo explique le mariage en pays Dagara -©Faso7

« Quand elle atteint l’âge de la puberté, ses parents envoient quelqu’un informer ses parents maternels qu’elle a atteint l’âge de se marier. C’est à l’intérieur de la famille maternelle que l’information circule et les jeunes de son âge vont s’activer pour aller la conquérir. Généralement, on évite que ça soit très direct. Par ailleurs, une jeune fille qui voit un garçon qui lui plaît peut décider de lui faire la cour. Elle lui vend ses mérites et on fait comprendre au garçon qu’il y a une fille qui veut de lui », a-t-il indiqué.

De son côté, Wend-Lassida Ouédraogo, directeur général du FESTIC, a salué les panelistes pour leurs brillantes communications. Selon lui, la nuit de la résilience avec la communauté Dagara vise à permettre aux différents participants de découvrir la culture et la tradition des Dagara ainsi que de communier avec les autres communautés. Par ailleurs, il a fait savoir que cette activité va leur permettre de connaître davantage l’organisation du mariage, des funérailles ainsi que les modes de règlement des conflits en pays Dagara.

« Ce que nous recherchons à travers cette nuit, c’est de donner l’occasion aux uns et aux autres de se découvrir. A travers les communications qui sont données ce soir, nous aurons des connaissances encore plus approfondies sur nos grands-parents, les Dagara », a-t-il fait savoir.

Laza KOLA

Faso7

Waongo KOLA

Waongo KOLA est un journaliste burkinabè ayant pour domaine de prédilection les sujets de société, d'économie, de politique et de santé.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page