Burkina Faso : Lookmann Sawadogo présente son 3e livre, « Pouvoir, armée, ethnie et religion : comment éviter l’implosion »

« Pouvoir, armée, ethnie et religion : comment éviter l’implosion ? », c’est le titre du 3e livre du journaliste et homme de lettre Lookmann Sawadogo. L’auteur a présenté l’œuvre ce samedi 10 décembre 2022 à Ouagadougou. A travers les 154 pages de l’ouvrage, l’auteur revient sur l’implication de la question ethnique et de la religion dans la gestion du pouvoir et la lutte contre le terrorisme.

Le journaliste et homme de lettres Lookmann Sawadogo a procédé à la présentation de son 3e œuvre. « Pouvoir, armée, ethnie et religion : comment éviter l’implosion ? », c’est le titre de l’ouvrage de 154 pages. Selon l’auteur, cette œuvre est la « suite logique » des deux premiers. Il a aussi ajouté que le livre sort dans un contexte marqué par une crise sécuritaire qui fragilise le « pays des Hommes intègres ».

« Je me suis dit que la nécessité, c’est d’avoir un consensus social et politique fort. C’est un élément important aujourd’hui. Si les Burkinabè ne peuvent pas s’unir, les choses vont être très difficiles. Mais il est aussi difficile de réaliser cette union sacrée de tous les Burkinabè », a-t-il laissé entendre. Il a expliqué que c’est en partant de ce constat qu’il a rédigé le livre.

Sur le 1er thème, le pouvoir, Lookmann Sawadogo a signifié que « le pouvoir est en ballotage par des aspects religieux et ethnique ». « Aujourd’hui, notre pouvoir n’est plus pensé de façon démocratique, citoyenne, mais pensé de façon ethnique, de façon religieuse. Dans le livre, il y a un ensemble d’éléments qui le montre », a-t-il dit.

La deuxième préoccupation de Lookmann Sawadogo dans son ouvrage a été l’armée. Selon ses explications, « l’armée est divisée ». « Il y a une rupture claire dans l’ armée, il y a une cassure dans l’armée », a-t-il lancé. Le journaliste explique que cette situation remonte à longtemps mais s’est exacerbée avec les deux derniers coups d’État.

« L’armée a des difficultés et aura des difficultés tant qu’elle va être en lutte interne de pouvoir. (…) Moi je pense qu’il y a eu un échec politique de l’armée. Du point de vue politique, l’armée n’a pas pu rester stable. (…) Il faut aider l’armée à se séparer du pouvoir pour qu’elle puisse se consacrer à la guerre. (…) Il est très urgent, impérieux qu’au sein de l’armée qu’il y ait une réconciliation. Le pouvoir a divisé les militaires », a-t-il martelé.

Pour terminer, Lookmann Sawadogo a suggéré de revoir l’organisation du Burkina Faso. Il a indiqué que rendre les régions autonomes pourra être une solution efficace. « La crise que le Burkina traverse aujourd’hui doit nous amener à faire des options courageuses au plan politique. Notre État ne peut pas supporter cette crise qui est multidimensionnelle.(…) Pour moi, on peut essayer d’aller vers les modèles suisses ou nigérians. Aller vers une sorte de fédéralisme pour permettre à l’État de survivre », a-t-il dit pour conclure.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page