Burkina Faso : Coiffeuse, ancien gendarme, ancien CDR, travailleur du privé, ces volontaires qui s’engagent pour la défense du pays

A la date du 9 novembre 2022, au Gouvernorat de Ouagadougou, plus de 1.200 personnes ont répondu à l’appel des autorités en se faisant enrôler comme Volontaires pour la défense de la patrie (VDP).

Femmes comme hommes, de nombreux Ouagavillois se sont enrôlés pour le compte du recrutement de Volontaires pour la défense de la patrie. A notre arrivée au gouvernorat de Ouagadougou, le matin du 9 novembre 2022, ils étaient déjà plus d’une dizaine à être passés pour s’enrôler.

A 53, Z.Y. est un menuisier et ancien CDR (Comité de défense de la révolution, ndlr). Après avoir rempli les formulaires nécessaires, le cinquantenaire nous explique qu’il a entendu l’appel des autorités et est venu apporter sa contribution dans la lutte contre le terrorisme. Visiblement déjà pressé de rejoindre le front, il a rassuré n’avoir pas peur de mourir au front.

« Je viens d’une zone touchée par le terrorisme »

« Pourquoi ne pas aller sauver le peuple ? Je n’ai pas peur. Je pars au front, je ne pars pas au front, je vais mourir. Donc, vaut mieux donner un coup de main à mes frères et à mes sœurs », a-t-il lancé. Pour lui, tous les Burkinabè devraient fournir cet effort pour la défense de la patrie.

« En tant que citoyen, il faut aller donner un coup de main, aider le peuple. Quand je regarde les victimes (…), je n’arrive pas à dormir. Je me suis donc dit que je vais venir me faire inscrire pour arriver au front », a affirmé l’ancien CDR.

Comme lui, A.S. est un jeune travailleur du secteur privé. A 35 ans, il est décidé à apporter sa contribution dans la lutte contre le terrorisme. Originaire d’une localité en proie à l’insécurité, il estime que tout Burkinabè devrait être libre d’aller dans son village sans problème. Il entend ainsi contribuer à libérer le « pays des Hommes intègres ».

« Je suis venu m’inscrire pour accompagner les autorités et défendre ma patrie. Je viens d’une zone touchée par le terrorisme. Je n’arrive même pas à me rendre au village. Nous sommes là pour se donner la main dans la main pour combattre, libérer le pays pour que chacun puisse rentrer chez lui et revenir quand et comme il veut.  », a-t-il dit.

Lire ➡️ Burkina Faso : Alouna Traoré rejoint les rangs des VDP

Dans cette mobilisation patriotique contre le terrorisme, aucune couche d’âge ne veut rester en marge. D.I., 75 ans, est un Adjudant de la Gendarmerie à la retraite, ce depuis 25 ans. Mais sa situation de retraité ne l’a pas empêché de venir s’enrôler comme VDP.

« Quand on est gendarme, c’est pour la patrie ou la mort. C’est écrit noir sur blanc. On doit porter secours même si sa vie est en danger (…) C’est pour cela que je m’engage pour servir ma nation en leur montrant ce que je sais faire en matière de sécurité, en matière de la défense du territoire et cela, gratuitement », a laissé entendre le retraité.

 « Quand on est gendarme, on doit porter secours même si sa vie est en danger », adjudant de gendarmerie à la retraite – © Faso7

Outre son engagement, il a invité les populations à participer à l’effort de guerre. « Si je peux enlever dans ma maigre pension et donner pour qu’on puisse faire, je pense que ça sera la bienvenue », a-t-il ajouté.

Loin de rester en retrait, la seconde moitié du ciel se manifeste dans ce recrutement de Volontaires pour la défense de la patrie. Égalité des sexes, oui. Cela se matérialise pendant l’enrôlement. Selon les réceptionnistes au gouvernorat de Ouagadougou, ils reçoivent en moyennes 5 femmes par jour pour l’enrôlement.

Parmi elles, des jeunes files et des mamans de nourrissons ont été reçues pour le recrutement de VDP. Z.Z. est une coiffeuse de 27 ans. Elle venue s’enrôler pour le compte des VDP. Sa motivation, apporter un soutien et un appui aux FDS engagées dans la lutte contre le terrorisme.

« Je suis venue m’enrôler pour donner un coup de main à ceux de la sécurité, les accompagner pour lutter contre l’insécurité et assurer la sécurité au pays », a-t-elle signifié. Elle a aussi appelé les femmes à s’engager afin d’aider le pays dans cette lutte contre le terrorisme. Pour Z.Z., le combat n’est pas celui des hommes seulement.

« Ce ne sont pas les hommes seulement qui peuvent faire cela. Les femmes aussi peuvent le faire. Il suffit de laisser la peur et avoir le courage et ça va aller », a-t-elle martelé.

A 27 ans, une coiffeuse s’engage comme VDP pour la défense du pays – © Faso7

En rappel, les nouvelles autorités burkinabè ont lancé le 24 octobre 2022, un recrutement de 50 000 Volontaires pour la défense de la patrie (VDP) dont 35.000 communaux et 15.000 nationaux pouvant être déployés sur l’ensemble du territoire national après leur formation.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page