Bobo-Dioulasso : Plus de 21 tonnes de produits prohibés saisies par la Police nationale

Le Service Régional de la Police Judiciaire (SRPJ) des Hauts-Bassins a saisi 21, 740 tonnes de produits prohibés, au cours d’une opération menée dans la ville de Bobo-Dioulasso, a informé la Police nationale, ce 3 novembre 2022.

 Les produits prohibés saisis sont constitués de produits pharmaceutiques, dont de l’Analgin, du paracétamol, des vitamines, des anti-inflammatoires, des seringues, de produits vétérinaires, de pesticides et de drogues diverses comme du tramadol et tramaKing.

« L’enquête a également permis d’interpeller quatre (04) personnes, d’identifier les cerveaux du trafic et de geler du patrimoine d’une valeur de 109. 441. 113 FCFA appartenant à plusieurs autres acteurs toujours en cavale. Par ailleurs, le flux financier de ce trafic évalué entre 2021 et 2022, grâce aux pièces à conviction saisies dans seulement deux (02) boutiques, s’élève à 442.000.750 FCA », a indiqué la Police nationale.

Pour ce qui est des boutiques incriminées, la Police nationale a fait savoir que l’opération, qui a été menée dans la ville de Bobo-Dioulasso, a consisté en un bouclage de la zone du grand marché et que les saisies ont concerné plus d’une centaine de boutiques identifiées au préalable.

Par ailleurs, selon la Police nationale, ces boutiques étaient ravitaillées par des grossistes étrangers et nationaux qui effectuaient les commandes à partir des pays voisins et que le transport se faisait à véhicules par camouflage des produits dans des marchandises ordinaires et passait essentiellement dans les régions du Centre-Est et du Sud-Ouest pour être stockés dans plusieurs villes du pays, notamment Pouytenga, Ouagadougou et Bobo-Dioulasso. « Ces produits étaient écoulés sur place, sur les sites d’orpaillage et dans les zones à fort défis sécuritaire », nous apprend également la Police nationale.

Tout en saluant la collaboration des populations qui a permis d’atteindre ce résultat, la Police nationale leur a réitéré son invite à proscrire l’usage des médicaments prohibés et à toujours dénoncer toute personne qui porte atteinte attente à la santé des citoyens en appelant les numéros verts 17, 16 et 1010.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page