Tribune : « Conjurer la malédiction des bons et excellents hommes d’Etat toujours mal entourés»

Ceci est une tribune de Dr Zoehinga Gouwendmanegré Oscar sur la situation nationale au Burkina Faso.

La fumée blanche s’est enfin échappée de la cheminée de la primature du Burkina Faso, ce mardi 25 octobre 2022, annonçant la composition du gouvernement de combat de l’attelage TRAORE-KYELEM de Tambela.

 Si cet attelage, de la nouvelle et de l’ancienne génération (président, 34 ans et premier ministre, 64 ans), dans un contexte de recadrage de la transition et de demandes pressantes par les burkinabè d’actions qui transforment positivement leur quotidien, semble recevoir l’onction du grand nombre des burkinabè, il n’en demeure pas moins qu’une grosse fumée noire plane sur la constitution des différentes équipes de ces deux hommes d’Etat, ainsi que des ministres qu’ils ont choisis : la malédiction des « bons et excellents hommes d’Etat toujours mal entourés ».

En assumant sa révolte, le président TRAORE, sans avoir concrètement déroulé son plan d’action pour un Burkina nouveau, bénéficie de la confiance des populations révoltées et lasses d’attendre un véritable changement de leurs conditions de vie, qui se dégradent de plus en plus, du fait de l’enlisement de l’insécurité et de la guerre ; et nul doute qu’il sera à la hauteur des défis, s’il demeure un homme d’honneur et de parole.

Cependant, le Premier ministre et son gouvernement, choisis probablement sur la base de leurs nombreuses qualités, notamment d’intégrité et de loyauté au Burkina Faso ; ainsi que de leurs expériences en lien avec leurs portefeuilles, devront gagner la confiance des burkinabè par leurs actions concrètes tout au long de leurs missions respectives. On peut croire, d’ores et déjà, que tous ces serviteurs de l’Etat sont des hommes d’honneur et de parole, animés de la même révolte que le capitaine TRAORE et arrimés aux priorités du chef de l’Etat, qui voudrait faire vite et bien.

Cependant, pourront-ils, avoir un entourage digne de confiance, qui partage leur sens de l’Etat, du sacrifice pour la nation et du travail vite et bien fait ? Sauront-ils le moment venu être capables de se séparer d’un collaborateur indélicat, ayant fait preuve d’actions contraires aux vertus de la nouvelle dynamique que voudrait impulser le chef de l’Etat ? Sauront-ils courageusement conjurer la malédiction des « bons et excellents hommes d’Etat toujours mal entourés » ?

Il est temps de démontrer aux burkinabè, que si l’entourage d’un homme d’Etat était « pourri », c’est, certainement, parce que lui-même l’était. En effet, c’est à l’homme d’Etat de choisir les hommes qu’il lui faut pour l’intérêt commun.

Il ne saurait donc s’entourer de collaborateurs aux antipodes de ses propres valeurs et tolérer leurs indélicatesses. Pour engranger des victoires sur le champ de guerre et entrainer l’ensemble des burkinabè dans un paradigme d’unité, de sacrifice et de travail dans l’intérêt de la nation, l’attelage TRAORE-KYELEM de Tambela devrait mettre fin aux nominations de complaisance à tous les niveaux et s’entourer des meilleurs. C’est ainsi, qu’ils pourront conjurer la malédiction des « bons et excellents hommes d’Etat toujours mal entourés ».

Dr Zoehinga Gouwendmanegré Oscar

zoehinga@gmail.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page