Lutte contre la corruption : Dix nouveaux Contrôleurs d’Etat prêtent serment

Le président du Conseil constitutionnel, Me Barthelemy Kéré, a présidé ce vendredi 5 juillet 2024, à Ouagadougou, l’audience solennelle de prestation de serment de 10 nouveaux Contrôleurs d’Etat. Il a aussi rappelé à ces nouveaux contrôleurs le sens de leur prestation de serment.

« Je jure et prends solennellement l’engagement devant le peuple burkinabè de bien et loyalement défendre ses intérêts en tout temps et en tout lieu. D’accomplir ma mission avec toute l’objectivité qui sied à une personne libre et digne. De ne prendre en compte aucune considération liée à la parenté, à l’amitié ou à la haine et de me conduire, en toute circonstance, avec honneur, dévouement, intégrité et discrétion ».

C’est à travers ce serment que 10 nouveaux Contrôleurs d’Etat ont pris l’engagement, ce vendredi 5 juillet 2024, à Ouagadougou, devant les membres du Conseil constitutionnel.

Selon Daouda Dao, nouveau Contrôleur d’Etat à l’Autorité supérieure de Contrôle d’Etat et de Lutte contre la Corruption (ASCE-LC), cette prestation de serment est un appel.

« C’est vraiment faire appel à notre sens d’intégrité. Le serment, c’est l’arme qui va nous lier, c’est-à-dire que c’est l’élément qui va nous permettre d’exercer pleinement notre mission. Et comme le président du Conseil constitutionnel l’a rappelé, ce serment devrait nous permettre de tout temps, en tout lieu, de pouvoir nous rappeler de la noblesse de notre mission et de l’engagement que nous avons pris de pouvoir servir loyalement les intérêts du peuple burkinabè », a-t-il déclaré.

Selon Daouda Dao, nouveau Contrôleur d’Etat à l’ASCE-LC, cette prestation de serment est un appel.

Le président du Conseil constitutionnel, Me Barthelemy Kéré, a rappelé aux nouveaux contrôleurs, le sens de ce serment et la lourde responsabilité qui leur incombe.

« Il vous confère entre autres missions, selon les dispositions de l’article 7 de la loi organique précitée, la prévention de la corruption et des infractions assimilées, la déclaration d’intérêt et de patrimoine et le contrôle administratif interne », a-t-il affirmé.

De son avis, remplir au quotidien ces missions s’avère être une lourde responsabilité, car les attentes du peuple envers l’ASCE/LC sont énormes. Il s’agit entre autres du retour de l’intégrité, du désintéressement et de la redevabilité dans la gestion de la chose publique.

« C’est une mission difficile, car vous serez confrontés à de nombreuses pressions, mais sachez-le, vous devrez résister avec force et ne pas vous détourner de la noble mission qui vous a été confiée », a prévenu le président du Conseil constitutionnel, en laissant entendre qu’il ne doute pas des succès qu’ils feront davantage engranger à l’ASCE-LC pour le Peuple.

« C’est une mission difficile », prévient le président du Conseil constitutionnel, Me Barthélemy Kéré.

De l’avis du Contrôleur général d’Etat adjoint, Urbain Millogo, l’institution est très heureuse de ce renforcement en ressource humaine.

« Ce que nous attendons d’eux, c’est vraiment d’apporter leur pierre à la promotion de l’intégrité, la transparence, la lutte contre la corruption au niveau du pays parce que les attentes sont fortes », a-t-il dit en ajoutant qu’ils avaient besoin de ce sang neuf.

Le président du Conseil constitutionnel a félicité l’ASCE-LC pour le prix de la Meilleure Autorité de Contrôle et de Lutte Anticorruption en Afrique.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page