Kemi Seba annonce « un alignement des vues » avec le Capitaine Ibrahim Traoré

Dans le cadre de son séjour au Burkina Faso, Kémi Seba, leader de l’ONG Urgences panafricanistes, s’est exprimé, ce vendredi 14 juin 2024 par rapport aux questions qui lui tiennent à cœur, notamment la lutte contre l’impérialisme et la sortie du franc CFA.

D’entrée de jeu, il a informé avoir échangé avec le Président de la Transition, le Capitaine Ibrahim Traoré, sur des questions géopolitiques sous-régionales et internationales. Ces échanges étaient fructueux et empreints de cohérence, selon Kemi Seba. « Il y a un alignement des vues, un alignement des visions, un alignement de perspectives, un alignement d’objectifs », a-t-il fait souligné.

Par ailleurs, Kémi Seba a dit être présent au Burkina Faso pour soutenir le combat de la résistance à l’impérialisme, incarnée par le Capitaine Ibrahim Traoré. « Nous menons ce combat politique géostratégique depuis 25 ans. Un combat pour l’auto-détermination de nos populations. Un combat qui s’est axé sur une dynamique bicéphale : attaquer les ennemis de l’extérieur, mais attaquer aussi les ennemis de l’intérieur. Parce qu’il y a un proverbe qui dit qu’une civilisation n’est détruite par l’extérieure que si elle est rongée de l’intérieur », a fait comprendre Kemi Seba.

Poursuivant, le conférencier s’est indigné du fait que des acteurs et dirigeants africains comme celui du Bénin et de la Côte d’Ivoire soient toujours à la solde de l’impérialisme. « On a le Président Patrice Talon et le Président Alassane Ouattara, qui sont les plus grands chéris de la France-Afrique et les plus grands chéris de l’oligarchie américaine qui veut d’ailleurs installer malheureusement au Bénin et en Côte d’Ivoire des bases militaires américaines. On a ces dirigeants qui sont prêts à accueillir le colon. Nous, nous voulons nous débarrasser du colon », a-t-il déclaré.

Concernant les conflits qui opposent le Niger au Bénin, Kémi Seba, en tant que béninois prend la défense du Président de la Transition nigérienne. « Certains ont dit  »Kemi, lui il n’a pas le droit de défendre le Président Tchiani, parce qu’il et en conflit avec le Bénin ». Le Président Tchiani n’est pas en conflit avec le Bénin, le Président Tchiani est en conflit avec le Président Talon. Parce que le Président Tchiani est lui, anti-impérialiste et le Président Talon est lui pro-occidental. Il faut qu’on soit capable de le dire et il ne faut plus que les peuples soient pris en otage par la démarche de soumission de certains dirigeants qui sont tellement amoureux de l’Occident », a-t-il déclaré.

…les « Wayiyans »

Dan ses propos, Kemi Seba a une fois de plus démenti les allégations portant sur le fait qu’il est un valet de la Russie. « Je le dis depuis longtemps, mais parfois, certains sont des durs d’oreilles. J’ai prononcé un discours qui a fait le tour de la planète africaine politique au Parlement russe l’année dernière. Devant tous les officiels, devant toutes les délégations au sein des parlementaires africains issus des différents pays d’Afrique et devant les autorités russe. J’ai prononcé un discours en disant que si la Russie faisait l’erreur en se rapprochant de l’Afrique, de vouloir reproduire les mêmes schémas néocoloniaux, plus que la France a commis, nous combattrons la Russie et l’Afrique sera son tombeau », a-t-il laissé entendre.

Concernant la création d’une monnaie en remplacement au Franc CFA en Afrique, Kémi Seba a confié que des réflexions sont en cours entre les dirigeants de l’AES avec l’accompagnement d’experts. « Il y a un projet avec les meilleurs économistes panafricanistes, notamment Mamadou Coulibaly et d’autres pour qu’une monnaie de l’AES puisse voir le jour et donc la question de la sortie du franc CFA », a-t-il révélé.

Demain, 15 mai 2024, Kémi Seba est convié à un meeting qui sera organisé par les « Wayiyans », qui d’ailleurs l’accompagnent depuis son arrivé à Ouagadougou.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page