Libération des bordures des voies : Les commerçants de Ouagadougou ont 10 jours pour se conformer

Le Président de la délégation spéciale de Ouagadougou, Maurice Konaté est allé sensibiliser, le lundi 10 juin 2024, les commerçants installés sur les accotements des voies de la rue 17.276 au quartier Pissy de Ouagadougou. A l’instar de cette rue pilote, il a été demandé à l’ensemble des commerçants de la ville de Ouagadougou de libérer les accotements des voies, et ce, sur un délai de 10 jours.

En réponse au communiqué de septembre 2023, invitant les commerçants des villes et des campagnes, les chauffeurs routiers et transporteurs, à libérer l’emprise des voies sur 2 mètres de part et d’autre des chaussées, le PDS de la commune de Ouagadougou, Maurice Konaté a investi quelques rues pour une sensibilisation avant la phase de répression.

Selon les explications du PDS, cette campagne vise à sensibiliser davantage les commerçants sur le danger lié à la réduction des voies. Il a estimé que les commerçants, n’étant pas installés dans les règles, auraient eu suffisamment de temps pour se conformer. Il a indiqué que la phase de répression devrait être effectuée en 2023, mais délibérément, elle a été prolongée à 2024.

Maurice Konaté, Président de la délégation spéciale de Ouagadougou-©Faso7

« Nous avons demandé expressément à la hiérarchie de nous permettre d’aller jusqu’en début de 2024. Début janvier jusqu’à aujourd’hui, je pense que ceux qui ont compris, qui ont commencé déjà à quitter sans qu’on vienne leur dire, il faut partir, ça vraiment, c’est quelque chose déjà de bien. C’est ça qu’on appelle du patriotisme », a-t-il fait savoir avant d’ajouter qu’il ne s’agit pas d’empiéter sur les activités de ces usagers, mais plutôt de contribuer à assainir la ville pour le bonheur des riverains.

Après constatation de quelques lieux de commerce sur la rue 17.276 au quartier Pissy, Joël Marie Nombré, chef de service de la recette/trésorerie régionale du centre, à souligner que le résultat est sans appel. A l’écouter, bon nombre d’installations ne respectent pas les dimensions prescrites.

Cet état de fait pourrait être assimilé à un manque de communication. Cependant, les commerçants épinglés disent reconnaître la nécessité de respecter les réglementations en vigueur afin d’avoir une meilleure fluidité dans la ville. Ils disent se mettre à la tâche pour respecter le délai.

« Ils sont venus, ils n’ont pas enlevé. Ils nous ont montré ce que nous devons faire. Nous ne voyons pas de mal dans ça. C’est pour le bien de tout le monde, c’est pour faciliter le passage, donc, nous aussi,, on doit suivre ce qu’ils disent de faire, rien n’est impossible », a expliqué Alassane Sawadogo, commerçant à pissy.

Cheick Habib Désiré BAYILI, Abakar Moussa Mahamat (stagiaire)

Faso7 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page