ENAM : Une vingtaine de couples se disent oui pour le meilleur et pour le pire

L’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM) a organisé la 1re édition de sa grande cérémonie de mariage collectif au profit des énarques et de son personnel, ce jeudi 30 mai 2024.

À cette occasion, ce sont 19 couples, monogames et polygames, qui ont vu leurs unions officialisées par Maurice Konaté, président de la délégation spéciale de la commune de Ouagadougou. Le mariage du 20e couple, qui a eu un nouveau bébé la veille, a été reporté à une date ultérieure.

Yarassoula Jacob Yarabatoula, Directeur général de l’ENAM, a expliqué que cette initiative a été trouvée dans l’optique d’apporter une protection juridique aux couples, de leur permettre d’être en conformité avec la loi et de leur permettre de sécuriser leurs familles ; loin des lourdeurs administratives et budgétaires.

« Nous leur avons dit de se préparer parce que le pays est en guerre et bientôt, on va gagner cette guerre. Si nous gagnons cette guerre, que chacun soit prêt à aller partout où l’Etat va l’affecter pour servir cette Nation. Après avoir dit cela, nous avons pensé qu’on ne peut pas les envoyer comme cela. Il faut préparer ce retour sur l’ensemble du territoire par une protection sociale qui vaut », a ajouté le DG de l’ENAM.

Le ministre en charge de la Fonction Publique, Bassolma et Bazié, a patronné cette cérémonie. À l’ouverture, il a félicité la Direction générale de l’ENAM pour cette idée qui permet de garantir la protection sociale des bénéficiaires. Il a rappelé les situations délicates liées à la protection sociale, auxquelles sont parfois confrontées des familles ou des ayants-droits d’agents de l’Etat qui n’ont pas officialisé leurs unions.

Par ailleurs, le ministre a annoncé que le Gouvernement travaille de sorte à officialiser le mariage traditionnel, pour un meilleur encrage et pour faciliter les unions. « La réflexion qui est menée au niveau du Conseil des ministres, c’est de revoir même le code de la famille. Pas pour annuler les mariages administratifs qui sont reconnus légaux ; mais aller au-delà en faisant en sorte de créer toutes les conditions pour que même le mariage traditionnel soit légalement reconnu », a-t-il déclaré.

« L’initiative vraiment a sauvé les femmes et sauve beaucoup de femmes et de familles »

Fatoumata Bako/Traoré, ministre déléguée charge du Budget a parrainé cette cérémonie. Elle a exhorté ses filleules à entretenir leur flamme et à surmonter ensemble les difficultés qui vont jalonner leurs mariages. « En sortant du célibat, vous rentrez dans la réalité du mariage, de la vie à deux. (…) Soyez humbles, soyez patients, supportez-vous les uns les autres dans l’amour ; comme le disent et le recommandent, les écritures saintes », a-t-elle déclaré.

Tout émue, la désormais madame Sawadogo Nadège Aïcha, après 7 ans de concubinage, a exprimé toute sa reconnaissance aux initiateurs. « L’initiative vraiment a sauvé les femmes et sauve beaucoup de femmes et de familles », a-t-elle laissé entendre.

Quant à son époux, Jean Marie Sawadogo, il a remercié sa femme pour sa patience qui aujourd’hui, a payé.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page