Burkina Faso : Les députés autorisent la ratification de la Charte du Liptako Gourma instituant l’AES

Lors de sa séance plénière de ce mardi 28 mai 2024, l’Assemblée Législative de Transition a adopté le projet de loi portant autorisation de ratification de la Charte du Liptako Gourma instituant l’Alliance des États du Sahel, signée à Bamako le 16 septembre 2023.

La Commission des Affaires Étrangères de la Défense et de la Sécurité (CAEDS) a été saisie au fond par rapport à ce dossier. Ses membres ont auditionné, avant l’adoption, des acteurs concernés par le dossier pour mieux comprendre, notamment le ministre en charge des Affaires étrangères, Karamoko Jean-Marie Traoré.

Dans le rapport de la CAEDS, il ressort que le ministre a fait comprendre que ce projet de loi vise à articuler la Charte du Liptako Gourma instituant l’Alliance des États du Sahel avec le dispositif juridique national, après le Mali, dépositaire de la Charte et le Niger.

Karamoko Jean-Marie Traoré a rappelé que l’initiative de l’AES a été trouvée afin que les États membres promeuvent et renforcent leur sécurité commune dans la solidarité, à travers une architecture de défense collective et d’assistance mutuelle. « Les résultats les plus probants se trouvent au niveau de la défense et la sécurité à travers des actions concertées sur le terrain ; qui ont permis d’endiguer un tant soit peu la menace terroriste », a-t-il ajouté.

Concernant la structuration de l’AES, le ministre a expliqué que le travail est toujours en cours. « Pour l’instant, les autorités ont souhaité que nous allions de manière graduelle en évitant d’aller vers une organisation lourde nécessitant la mobilisation lourde des ressources humaines et financières pour son fonctionnement mais d’aller plutôt vers une institution légère et efficaces. Du reste, depuis la signature de la Charte, au niveau du Chapitre « défense et sécurité », les choses fonctionnent normalement et c’est ce chapitre qui est l’objet principal de la Charte », a ajouté le ministre Traoré.

Par ailleurs, Karamoko Jean-Marie Traoré a annoncé qu’une prochaine rencontre du Collège des Chefs d’Etats de l’AES viendra préciser le statut juridique de l’AES. « L’autorité du développement intégré des États du Liptako Gourma poursuivra sa mission comme organe de soutien de ces États membres. Plusieurs idées sur son articulation à l’AES ont été énoncées dont une principale qui est d’en faire une agence de développement. (…) Il y a aussi la réflexion qui consiste à en faire un organe subsidiaire », ajouté le ministre.

Soulignons que dans le préambule de la présente Charte, les États partis réaffirment leur attachement au Traité révisé de la CEDEAO ; or, les États de l’AES ne sont retiré de la CEDEAO quelques temps après la signature de cette Charte. Le ministre a annoncé que le présente Charte connaîtra une mise à jour et tiendra compte des procédures juridiques de chaque État.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page