LONAB : Le personnel réclame la tête du Directeur général

Les travailleurs de la Loterie nationale Burkinabè (LONAB) ont manifesté le lundi 27 mai 2024 pour réclamer la démission du Directeur général, Ibrahim Ben Zarani. Cette manifestation se fait suite à la non prise en compte des doléances de la plate-forme revendicative du syndicat, notamment le manque de matériel de travail pour le personnel.

L’origine de ce mécontentement est liée au manque d’outils de travail pour la force de vente ainsi que du personnel de l’interne, selon Roland Ouédraogo, délégué syndical des travailleurs de la LONAB. De ses explications, cela fait plus d’une année que la plate-forme revendicative peine à être satisfaite et l’ensemble du personnel note le mépris du Directeur général vis-à-vis de la force de vente et du personnel à l’interne.

A travers cette manifestation, le personnel dit vouloir prévenir la chute imminente de la LONAB, car le directeur général n’étant pas à même d’assurer une bonne gestion. Ils en veulent pour preuve le refus du premier responsable de la loterie burkinabè de recevoir la force de vente, qui selon eux est « notre cœur de métier aujourd’hui ». Cette situation n’est pourtant pas sans conséquence sur la mobilisation des chiffres d’affaires.

« En 2023, nous avons perdu 4 milliards, ce qui aurait pu rapporter à l’État 600 millions directement. 5 mois après, on est toujours dans cette même dynamique. Le Directeur général n’a pas une vision commerciale. Il n’a pas la dynamique de relever l’entreprise », a-t-il indiqué.

Pour les travailleurs de la LONAB, la situation sécuritaire indexée par le directeur ne saurait entacher la résolution de leurs revendications. Ils ont souligné que LONAB se tient depuis des années aux côtés du gouvernement en le soutenant dans ses activités régaliennes. Après avoir interpellé le conseil d’administration sans suite, les manifestants disent s’en référer aux plus hautes autorités, notamment le président du Faso pour la résolution de leur situation.

« Nous voulons simplement qu’on nous trouve un autre manager parce que le style de management qu’il a est méprisant. Le directeur général méprise son personnel », a conclu Roland Ouédraogo.

Au moment où nous quittons les lieux, le directeur général de la LONAB a refusé de rencontrer le personnel en mettant la gendarmerie devant son bureau. Les travailleurs quant à eux ont décidé d’observer un sit-in au sein de l’entreprise, et ce, jusqu’à la collaboration du directeur.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page