Dédougou : L’entreprenariat communautaire présenté aux acteurs de la Boucle du Mouhoun

La conférence régionale de présentation de l’entreprenariat communautaire par actionnariat populaire à la population de la Boucle du Mouhoun s’est déroulée à Dédougou le jeudi 18 avril 2024. Les premiers responsables de l’APEC (Agence pour la promotion de l’entreprenariat communautaire) et ceux de la société coopérative « bâtir l’avenir », ont saisi l’opportunité pour expliquer les tenants et les aboutissants du programme afin d’obtenir l’adhésion des populations locales au référentiel de développement endogène.

L’Agence pour la promotion de l’entreprenariat communautaire (APEC) et son partenaire technique, la société coopérative « bâtir l’avenir », ont séjourné dans la région de la Boucle du Mouhoun ce 18 avril 2024. L’objectif étant de présenter aux forces vives l’initiative de l’entreprenariat communautaire par actionnariat populaire, ce référentiel de développement économique endogène porté par le chef de l’Etat, le capitaine Ibrahim Traoré.

Le programme en question est né de la volonté des autorités de transition d’inciter les populations à se donner les moyens de concevoir leur propre développement plutôt que de s’efforcer d’appliquer un modèle étranger et contreproductif, a campé le directeur général de l’APEC, Karim Traoré. Il s’agit, à travers ce programme présidentiel, de promouvoir le développement inclusif et endogène. « Désormais, ce sont les Burkinabè eux-mêmes qui vont définir leur modèle de développement économique qui doit être essentiellement financé par des Burkinabè. Des leviers vont être créés pour faciliter la participation de tous, sans distinction aucune, au financement », a-t-il déclaré.

Le modèle de développement économique a été expliqué par les premiers responsables de l’APEC ©Faso7

Mais le directeur général avertit que le développement endogène n’est pas synonyme d’autarcie encore moins fermeture au reste du monde. « Ça voudrait dire que là où nous avons du potentiel, il faut le valoriser, ce que nous ne pouvons pas faire, faisons le transfert de technologie. Lorsque nous n’avons pas les moyens de transfert de technologie, on s’ouvre au reste du monde pour échanger. Parce que même ce que nous allons produire, sans le reste du monde, tout de suite notre marché sera inondé », a relevé M. Traoré. La vision du programme présidentiel est de faire en sorte que la totale maîtrise de l’outil de production burkinabè ne soit plus laissée aux autres, a poursuivi le Directeur général.

L’option opérée pour atteindre les objectifs de développement endogène et inclusif du programme présidentiel est d’investir dans l’agriculture, l’élevage, les mines, le textile et l’agroalimentaire. Car ceux-ci sont des secteurs stratégiques à fort potentiel de création de richesses et d’emplois à grande échelle, a avoué Karim Traoré. Il a précisé que la première phase du programme va procéder au lancement de quatre projets dont la réalisation de deux usines de transformation de tomates à Bobo-Dioulasso et à Tenkodogo, la construction de mines semi mécanisées dans les régions du Sud-ouest et de la Boucle du Mouhoun et l’intensification agricole.

1500 souscripteurs dans la Boucle du Mouhoun

Le président du conseil d’administration (PCA) de la société coopérative « bâtir l’avenir », Aziz Nignan a indiqué que sa structure joue le rôle technique dans la mise en œuvre du référentiel présidentiel. Elle accompagne donc l’APEC en apportant son expertise et contribue à assurer la pérennité du programme, à en croire le PCA.

Pour lui, toute personne physique ou morale disposant de document d’identité peut participer à la levée de l’épargne populaire dans le cadre du financement des entreprises communautaires. Les moyens de souscriptions sont bancaires, électroniques ou par le trésor public, dit-il avant d’informer que les souscripteurs pourront bénéficier des dividendes à partir de la troisième année de leur souscription pour ce qui est de la phase pilote. Aziz Nignan n’a pas manqué de rappeler que pour être employé dans une entreprise communautaire, il faut au préalable détenir sa carte de souscripteur.  

A ce jour, la région de la Boucle du Mouhoun compte 1 500 souscripteurs. Elle occupe le 11e rang dans le cadre du financement du programme présidentiel avec une mobilisation financière de 60 millions FCFA.

L’agence qui est la cheville ouvrière dans la mise en œuvre du programme est représentée dans la région par une coordination, forte d’une dizaine de membres, dirigée par Bienvenu Dembélé. 

Charles DEMBELE (collaborateur)

Faso7

      

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page