Burkina Faso : L’intelligence artificielle au cœur d’un panel à l’endroit des étudiants du CERPAMAD

Le département science et technologie du Centre de Recherche Panafricain en Management pour le Développement (CERPAMAD) a organisé le jeudi 25 janvier 2024, un panel sur l’Intelligence Artificielle (IA). Le panel a eu pour thème, « Intelligence Artificielle et développement durable ». Pour l’occasion, quatre pénalistes ont été invités à partager leurs connaissances sur l’IA avec les étudiants du CERPAMAD.

Pour cette première édition de la soirée d’innovation technologique, ce sont les panélistes Pr Diderot Bassolé de l’Université Joseph Ki-Zerbo, Dr Igor Tchappi de l’Université de Luxembourg, Pr Jean-Louis Louis Fendji, de l’Université de Yaoundé, et Dr Sibiri Tiemounou de l’Université polytechnique de Ouaga qui ont été invités à partager leurs savoirs sur l’IA.

Pour les pénalistes, l’importance de l’IA dans le développement durable n’est plus à démontrer. L’IA est essentielle pour le développement. Pour ce faire, il faut y investir à travers la formation des jeunes, le soutien des chercheurs dans le domaine et une politique gouvernementale axée sur l’IA.

Selon le Pr Igor Tchappi, sur le plan mondial, la présence de l’Afrique subsaharienne dans le domaine l’IA est minime. Elle est en dessous de 10 %. Un véritable problème pour un continent qui veut aller faire le développement, dit-il.

Les étudiants sont appelés à se pencher sur la question des IA

De façon plus spécifique, Pr Jean-Louis Fendji a affirmé que l’IA peut accélérer le passage de l’agriculture africaine, d’une agriculture rudimentaire à une agriculture 3.0 basée sur les systèmes intelligents.

« Si nous voulons atteindre ce niveau, il faut soutenir les développeurs des IA. Mettre à la disposition des développeurs, le maximum de données sur l’agriculture. Pour y arriver, il faut aller vers les agriculteurs, les experts agricoles et mettre les moyens », a-t-il mentionné.

Au niveau de la Cybercriminalité, Dr Didier Bassolé a déclaré que « l’IA permet de faciliter le travail des administrateurs au sein des entreprises, car elles détectent automatiquement les logiciels malveillants, les cyberattaques et protègent les données à caractère personnel ». Par ailleurs, il a invité les jeunes à s’y « investir corps et âme », car l’IA est une « niche économique » dans laquelle les jeunes doivent s’engouffrer.

À l’issue de la conférence, Dr Diderot Cidjeu, directeur académique du département science et technologie du CERPAMAD, a rappelé que cette initiative rentre dans le cadre du programme holistique de développement technologique du CERPAMAD.

l’IA est et sera un maillon fort du développement durable

« Il est important, dans le cadre du développement des étudiants, qu’ils connaissent les enjeux actuels du développement. L’IA est un pan important de cet enjeu, c’est pourquoi nous avons initié ce panel », a-t-il déclaré avant d’ajouter qu’à travers ce panel, les étudiants sont appelés à se pencher sur la question des IA.

Cédric Zinsonné, étudiant en réseau informatique et télécommunications, a salué l’initiative. Il a fait savoir que ce panel le conforte dans sa vision. Pour lui, l’IA est et sera un maillon fort du développement durable. Pour cela, il va s’intéresser davantage au domaine et pourquoi ne pas développer une IA dans l’avenir.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page